Examen des rapports sur la mise en accusation du président ATT et la visite de Mara à Kidal : Le président de l’AN, Issaka Sidibé ordonne d’interpeler le reporter de Le républicain

Issiaka Sidibé diabolise la presse : Des députés désavouent le président de l’Assemblée nationale
Issiaka Sidibe

Hier, mardi 13 décembre 2016, notre Reporter Aguibou Sogodogo a passé un mauvais quart d’heure entre les mains des gardes du corps du président de l’Assemblée nationale. Son seul tort, avoir utilisé son dictaphone pour enregistrer, au cours d’une séance plénière de l’hémicycle, publique d’ordinaire. L’ordre du jour n’était autre chose que des sujets qui fâchent d’habitude le président de l’Assemblée nationale : le rapport de la demande de mise en accusation de l’ancien président de la République, Amadou Toumani Touré, et celui sur les évènements de Kidal de mai 2014, lors de la visite de l’ex premier ministre Moussa Mara. Nous ne savons pas quel est le lien de ces sujets avec les nerfs sciatiques et le système nerveux de cet Issaka Sidibé, mais il n’est pas à sa première fois de piquer une crise hystérique quand ce sujet est à l’ordre du jour. La première fois, il y a quelques mois, l’élu de Koulikoro était entré en transe insultant toute la presse, qui a l’amabilité de couvrir les acticités de cette caisse de résonnance, sans jamais avoir droit au moindre bidon d’eau de la part de l’institution parlementaire dirigée par Issiaka Sidibé. Les journalistes avaient étanché leur soif, il leur suffisait de claquer les doigts, sous la présidence des honorables Dioncounda Traoré, IBK ou Ali Nouhoun Diallo. Aujourd’hui, quelle inélégance!

Hier, l’examen de deux rapports en plénière : rapport de la commission ad-hoc d’examen de la demande de mise en accusation de l’ancien président de la République, Amadou Toumani Touré ; et celui du rapport de la commission d’enquête sur les évènements survenus à Kidal en mai 2014 lors de la visite de l’ex premier ministre Moussa Mara. La lecture de ce rapport de 68 pages était en cours à l’hémicycle au moment de l’incident a été créé  de toute pièce par le président de l’Assemblée Issaka Sidibé, pour expulser de la salle notre reporter, en ordonnant à ses gardes de le prendre et de l’amener à la police du troisième arrondissement, rivalisant ainsi avec le Léviathan. Qu’est ce qui avait tant irrité Monsieur le Léviatan ? La commission ad hoc sur la mise en accusation d’ATT, n’était pas parvenue à trouver de preuves matérielles contre lui pouvant être qualifiées de faits infractionnels.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here