Koulouba: Ils préparent la succession d’IBK

Réseaux, manœuvres, stratégies, soutien national et international à la loupe de certaines personnalités du landerneau politique malien qui sont déjà dans le starting block pour prendre la place de l’actuel président quelque soit la forme d’accéder à la magistrature suprême.
A peine les élections municipales passées au cours desquelles certaines formations politiques ont eu une reconnaissance nationale grâce aux voix obtenues qui ont permis à certains de leurs cadres de siéger dans les conseils municipaux, les hommes politiques dont certains très proches du chef de l’Etat IBK affûtent déjà leur arme dans la perspective de lui succéder à la tête du pays.
Si les voies et moyens pour y parvenir à cette ambition démesurée diffèrent d’un homme à un autre, ils sont sûrs de remporter la victoire sur l’autre. Ces hommes et leurs méthodes de conquête du pouvoir à la loupe.

Modibo Keïta, Premier ministre
Après avoir gagné aveuglement la confiance du président de la République Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) qui l’a soutenu en ces termes face aux attaques virulentes des cadres de son parti, le RPM «Vous êtes un homme d’une loyauté parfaite, sans calcul, sans agenda caché, sans malice, tout dédié au Mali, tout dévoué au Mali», Modibo Keïta tisse lentement mais sûrement sa toile pour gravir les marches de Koulouba. Il serait aidé en cela par des hommes politiques tapis dans l’ombre. Ceux-ci ne rateraient aucun éloge du président IBK à l’endroit de Modibo Keïta pour lui remonter le moral afin qu’il se jette dans le marigot politique en jetant les masques.
Selon certaines sources, des clubs de soutien auraient été créés pour faire un plaidoyer auprès de l’opinion publique nationale dans ce sens.

Issaka Sidibé, président de l’Assemblée nationale
Depuis qu’il a été élu en 2013 président de l’Assemblée nationale à la surprise générale des Maliens, la moutarde est montée au nom de l’élu de Koulikoro, Issaka Sidibé. Il croit que son heure est arrivée. Il pense que les actes qu’il pose lui rapprochent de Koulouba.
La défaite électorale de son parti (RPM) dans la cité du Méguetan, son fief politique, aux élections municipales du 20 novembre, ne lui semble pas donner de leçons. Il continue son chemin en faisant fi de son léger poids politique. Il vient de mettre sur les fonts baptismaux une Fondation qui va s’occuper de soigner son image auprès des électeurs pour ratisser large en ravissant la vedette à ses adversaires engagés dans la guerre de succession ouverte entre les hommes du sérail IBK.
Il dispose d’un trésor de guerre grâce aux avantages (fonds de souveraineté 30 millions de F CFA par mois) que lui procurent les fonctions liées à la présidence de l’Assemblée nationale. Ses nombreux voyages à l’extérieur pour prendre contact avec les différentes personnalités du monde sont autant de signes forts pour se faire une aura.

Soumeylou Boubèye Maïga, ministre-secrétaire général de la présidence de la République
Adossé à un parti politique qui vient de se hisser au rang des formations politiques dignes de ce nom en élisant des conseillers municipaux et en obtenant la tête de certaines mairies, Soumeylou Boubèye Maïga est sorti de l’ombre depuis qu’il a été nommé ministre-secrétaire général de la présidence de la République. Ce poste, qui le rapproche du président IBK que n’importe quel Malien, fait de lui l’homme le plus craint aux yeux de la classe politique et lui confère respect et considération pour ses adversaires politiques. Lui aussi pense que son heure est arrivée eu égard aux actes qu’il pose quotidiennement.
Malgré l’article 36 de la Constitution du 25 février 1992 qui est clair en ces termes : «Lorsque le président de la République est empêché de façon temporaire de remplir ses fonctions, ses pouvoirs sont provisoirement exercés par le Premier ministre», Soumeylou Boubèye Maïga reçoit les personnalités étrangères au même titre que le Premier ministre.
Il a reçu en audience la secrétaire d’Etat adjointe américaine chargée des Affaires africaines, Mme Linda Thomas Greenfield au nom dit-on du président de la République. Alors que le Premier ministre lui avait accordé une audience. Il a remis à LIMAMA un véhicule 4X4 au nom du président de la République. Après les élections communales, il a accordé une interview à RFI.
Cette campagne médiatique plaide en sa faveur dans sa perspective de succéder au président IBK. Jamais de mémoire de Malien, un secrétaire général de la présidence de la République n’a été aussi médiatisé que Soumeylou Boubèye Maïga.
Ces trois hommes sont aujourd’hui engagés dans une course contre la montre, chacun voulant s’approprier le fauteuil du commandement suprême de la République. Reste à savoir si le peuple malien et les forces vives de la nation les laisseront s’installer dans le fauteuil présidentiel aux dépens du peuple travailleur du Mali.
Yoro SOW

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here