Mali : la Minusma enquête sur la mort d’un enfant, possible bavure de Barkhane

Un enfant de dix ans a été retrouvé mort dans le nord du Mali le 1er décembre, au lendemain d'une opération héliportée menée par des soldats français dans le cadre de l'opération Barkhane. Le corps aurait été enterré à la va-vite, et des témoignages laissent supposer une tentative de dissimulation. La Minusma a ouvert une enquête pour en savoir plus. Le 5 décembre, Oumar Ag Achafagui a parcouru les 60 kilomètres qui séparent son campement de la ville de Tessalit, à l’extrême-nord du Mali, pour briser la fatalité. Espérant que justice sera faite, il est venu dire au maire de Tessalit, aux représentants locaux de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et à un responsable d’une ONG en charge de l’enfance, que le cadavre d’un garçon de dix ans, un de ses neveux, venait d’être retrouvé tout près de son campement, et que cet enfant avait été tué par des soldats français. Le drame se déroule le 30 novembre, dans les environs de Tibagatene, dans une plaine sablonneuse située à proximité d’un bloc rocailleux. C’est une zone périlleuse, où les jihadistes circulent, et dans laquelle opèrent régulièrement les hommes de l’opération Barkhane. Les nomades qui y vivent ont l’habitude de voir les hélicoptères français les survoler à toute vitesse. Ce jour-là, la matinée touche à sa fin quand deux hélicoptères passent au-dessus de leur campement. Bientôt, ils entendent des tirs. Certains disent qu’il s’agit de roquettes, d’autres de mitrailleuses. Puis le calme revient. Vers 15 heures, un hélicoptère, un seul, est de retour. Il se pose là où le raid a été mené quelques heures plus tôt. De loin, les nomades croient voir des soldats descendre, s’activer quelques minutes au sol, puis repartir. Ils sont intrigués, mais ils ont peur d’être pris pour des jihadistes s’ils se rendent sur place. Ils ne bougent pas.
  Source : Africatime Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here