Point de situation des opérations

OPÉRATION BARKHANE

APPRÉCIATION DE SITUATION

Dans la bande sahélo-saharienne, la situation est globalement calme.
Au Mali, les tensions persistantes entre Groupes Armés Signataires (GAS), et l’absence d’accord formel pour la nomination des autorités intérimaires régionales compliquent les avancées du Mécanisme Opérationnel de Coopération (MOC).
Dans le Nord du pays, les Groupes armés terroristes (GAT) maintiennent une forte pression sur la population dans l’objectif d’entraver et de décrédibiliser l’action des forces internationales.
ACTIVITÉS DE LA FORCE

La force Barkhane continue d’appuyer les initiatives concourant à la mise en œuvre de l’APR. En parallèle, Barkhane travaille à la mise en route des partenaires du G5 dans la sécurisation de la BSS, et poursuit la lutte contre les GAT.
Cette semaine, dans le nord Mali, la force Barkhane a concentré son effort dans la région de Boughessa et Tin Zaouaten. L’objectif d’ensemble est de continuer à dégrader les capacités des groupes armés terroristes dans une zone reculée, peu contrôlée, propice aux différents trafics.
Les soldats ont mené des reconnaissances, des surveillances des points d’accès et des contrôles de la zone de Boughessa. Ces actions ont permis la saisie d’un important stock de ressources pouvant être utilisées pour la constitution d’engins explosifs improvisés (EEI).
Le dispositif a ensuite étendu son contrôle aux abords de la ville puis a entamé une progression en direction de Tin Zaouaten.
Les opérations conduites permettent de collecter des informations et du renseignement, sur les groupes armés terroristes, mais également de montrer qu’il n’y a pas de zone sanctuaire ou refuge pour ces groupes. En marge de ces opérations, un ensemble d’actions est mené au profit des populations, afin de desserrer l’étreinte des groupes armés terroristes dans la zone. Il s’agit notamment d’assistance médicale gratuite, mais également de reconnaissance de sites pour pouvoir étudier par la suite des pistes d’aide au développement.
OPÉRATION CHAMMAL

APPRÉCIATION DE SITUATION

Sur l’ensemble du théâtre, le recul de Daech continue en dépit d’une résistance marquée. L’organisation terroriste exploite les moindres hésitations ou défauts de coordination entre les forces qui luttent contre elle.
En Irak, les combats pour la reprise de Mossoul mobilisent une grande partie des forces. En parallèle, les FSI poursuivent la sécurisation des rives du Tigre. Dans l’Anbar, les Popular Mobilization Forces et les Kurdes s’emploient à coordonner leur action pour couper les flux de Daech.
En Syrie, alors que la pression sur Daech se fait croissante, la reprise de la ville de Palmyre par l’organisation constitue plus une victoire symbolique qu’une rupture.
AVANCÉE SUR LA BATAILLE DE MOSSOUL

Les capacités opérationnelles de Daech diminuent peu à peu sous l’effet des efforts de la coalition. Les combattants de l’organisation terroristes font toujours preuve d’une certaine résilience et ont poursuivi leurs attaques asymétriques sur les différents fronts : au Nord, à l’Est et au Sud de la ville essentiellement.
Seule l’ICTS est parvenue à gagner quelques blocs dans les quartiers Est de la ville cette semaine, bénéficiant de l’appui de la coalition Les FSI (9e brigade) qui s’étaient avancées dans la profondeur au sud-est de Mossoul jusqu’à reprendre l’hôpital Al Salam ont été contraints de se replier sous l’effet d’une contre–attaque violente de Daech. Au nord, le front est relativement stable et les forces se concentrent sur la sécurisation des zones reprises.
ACTIVITÉS DE LA FORCE CHAMMAL

Appui aérien au Levant

Depuis le 7 décembre 2016, les aéronefs de l’opération Chammal ont poursuivi leurs missions aériennes contre Daech en réalisant 71 sorties dont 62 reconnaissances armées, 6 de recueil de renseignement et 3 de contrôle de l’espace aérien. Au total 17 frappes ont détruit 29 objectifs de Daech.
Après près de deux mois et demi de déploiement, les avions du Groupe aéronaval ont effectué leurs dernières frappes le 9 décembre. Le déploiement aura permis d’intensifier les frappes françaises de manière significative et de contribuer ainsi à l’effort de la coalition concentré sur l’offensive de Mossoul.
Focus sur Mossoul

Cette semaine la force Chammal a appuyé la progression méthodique de l’ICTS dans les quartiers est de la ville en menant 8 frappes. Elle a également frappé les systèmes défensifs de l’organisation terroriste en dehors de la ville pour affaiblir les capacités militaires de défenseurs qui font face aux unités Irakiennes.
Appui feu – TF Wagram

La Task Force Wagram est toujours engagée dans la protection de la base de Qayyarah-West, mais surtout dans la partie appui aux opérations de sécurisation dans la région de Sharqat.
La 60e brigade irakienne, appuyée par la TF, continue d’avancer vers le Sud dans des opérations de sécurisation des villages en bordure du Tigre une quinzaine de kilomètres au nord de Sharqat. L’activité de la TF Wagram n’a pas baissé cette semaine avec 35 missions, réparties en 9 missions d’interdiction et 26 missions d’éclairement.
Depuis son engagement sur Q-west et sa pleine capacité opérationnelle le 20 septembre, la TF Wagram a désormais dépassé les 200 missions d’appui.
État-major des armées

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here