Procès Sanogo : Retour à la case départ !

La Cour d’assises de Bamako en transport à Sikasso a renvoyé, le jeudi 8 décembre dernier, le procès de Amadou Aya Sanogo et 16 autres accusés à la prochaine session qui se tiendra probablement en février ou mars 2017. De ce premier round, deux certitudes se dégagent. La première : les accusés, tous des militaires, sont bel et bien des justiciables d’un tribunal de droit commun, contrairement à la thèse défendue par les avocats de la défense. Et la seconde : les accusés ne peuvent bénéficier de liberté provisoire. Seule exception soulevée de la défense qui vaille, c’est la reprise de l’expertise des 21 corps retrouvés dans la fosse commune à Diago. A cet effet, la Cour a ordonnée une nouvelle expertise au niveau du laboratoire Charles Mérieux de Bamako. Le conseiller Taïcha Maïga est chargé de suivre cette expertise qui doit être effectuée dans un délai de 45 jours à compter de la date de saisine dudit laboratoire.

Guère surprenant ! De suspension en suspension, le procès d’Amadou Haya Sanogo a finalement buté sur une irrégularité de taille, relative à l’expertise des corps déterrés à Diago. Le rapport d’expertise se trouvant dans le dossier d’accusation a été fait par des experts portugais via le FBI et l’Ambassade des Etats-Unis au Mali. Ces experts n’ont pas prêté serment devant un juge, conformément aux dispositions prévues en la matière dans le code de procédure pénale. Conséquence : le verdict de l’affaire dite des bérets rouges, tant attendu aussi bien par les parties au procès que l’opinion nationale et internationale, ne sera connu qu’en 2017. En principe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here