Afrik’ actu : Pourquoi ne pas mettre Jammeh en confiance ?

Les Présidents Ellen Johnson Sirleaf du Libéria, Muhammadu Buhari du Nigéria, Ernest Baï Koroma de Sierra Leone et John Mahama Dramani du Ghana  devraient persuader leurs pairs des pays de la CEDEAO d’éviter l’option militaire dans le règlement de la crise post-électorale en Gambie.  La voie pacifique devrait être privilégiée pour ramener le président sortant à la raison.

Cela permettrait à  la Gambie d’être préservée d’une éventuelle guerre civile ou d’une invasion extérieure aux lendemains incertains. La Communauté internationale, en l’occurrence les pays de la CEDEAO, devraient ainsi  tout mettre en œuvre,  à l’occasion de la future conférence des Chefs d’Etat à Abuja,  pour rassurer le probable jeune retraité politique sur son avenir judiciaire. Cette action est d’autant plus nécessaire qu’elle permettrait  à l’enclave territoriale sénégalaise de ne pas connaître  les mêmes violences post-électorales  que la Côte-d’Ivoire a connues de 2010 à 2011.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here