Fêtes de fin d’année 2016 au Mali : Les pétards formellement interdits

Le vendredi 9 décembre dernier, le ministère de la Sécurité et de la protection civile a organisé une conférence de presse pour informer l’opinion nationale et internationale sur l’interdiction d’utilisation des pétards et autres feux d’artifices sur toute l’étendue du territoire. Cette rencontre était animée par le commissaire principal Bakoun Kanté, Cheick Oumar Sacko, président du SYNACODEM et plusieurs représentants des commerçants détaillants.
Pour les fêtes de fin d'année, le ministère de la Sécurité et de la protection civile a déclaré opté pour l’interdiction de l’importation et de l’utilisation des pétards.

Pour le ministère de la Sécurité, les ennemis du pays peuvent profiter de l’utilisation des pétards pour s’adonner à leurs sales besognes.
Le Commissaire principal Bakoun Kanté a déclaré que ces mesures ne sont pas prises contre les commerçants, ni pour faire mal à quelqu'un. « C’est juste pour assurer la sécurité des citoyens » a-t-il précisé. Avant d’expliquer que l’utilisation des pétards et autres feux d’artifice est une pratique très courante pendant les fêtes de fin d’année. Malgré le caractère festif lié à cette utilisation, cela constitue un danger pour la sécurité nationale en cette période de crise.

Et de faire savoir que la décision prise par le ministère de la Sécurité et de la protection civile concernant les pétards est très importante. Car, il s’agit, selon lui, de la sécurité nationale du pays. Il a, ensuite ajouté que cela entre dans le cadre de l’application des mesures administratives prises depuis cinq ans et qui interdisent l’utilisation des pétards, compte tenu des risques et du contexte sécuritaire.

Dans son intervention, le commissaire Kanté a mis l’accent sur deux points : donner l’information, réitérer l’information de l’interdiction d’importation des pétards et son utilisation et demander l’accompagnement de la population, en particulier les commerçants pour le respect strict de cette mesure.
« Ces mesures n’ont pas été prises contre les commerçants ou contre une couche de la population mais uniquement pour des raisons sécuritaires », a insisté le commissaire Kanté. Avant d’ajouter que le département a pris des dispositifs pour que l’information puisse être véhiculée au niveau des écoles au sujet de ces pétards mais aussi des feux d’artifice. Ensuite, il a donné le numéro vert qui, selon lui, permettra à la population de dénoncer toutes personnes ayant utilisé ces pétards. Il s’agit du 80331.

Pour sa part, Cheick Oumar Sacko, président du SYNACODEM (syndicat national des commerçants détaillants du Mali), a indiqué : « nous sommes-là pour témoigner, accompagner et renforcer les mesures prises par le ministère de la Sécurité et de la protection civile car la stabilité et la sécurité de notre pays concernent l’ensemble de la population ».

Bréhima Traoré

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here