Au Mali, Fillon endosse le costume de « chef de guerre »

Un mois après sa victoire à la primaire de la droite et du centre, le candidat François Fillon a réservé sa première visite aux militaires de la force Barkhane qui luttent depuis quatre ans pour faire reculer le totalitarisme islamique. Tout un symbole pour le favori de la présidentielle qui pourrait devenir en mai 2017 le futur chef des armées.

Pas encore chef des armées mais déjà à pied d’œuvre sur le terrain régalien. François Fillon avait souhaité au lendemain de sa victoire à la primaire que son équipe mette sur pied ce déplacement au Mali et au Niger où les militaires français luttent quotidiennement contre les bandes djihadistes qui sèment la terreur au Sahel. Juste avant de partir quelques jours en vacances au ski, l’ancien Premier ministre a donc passé quarante-huit heures auprès des 4.000 hommes et des femmes de la force Barkhane déployés depuis quatre ans.

Samedi et dimanche, le candidat à la présidentielle a pris le temps de rencontrer militaires français, forces armées maliennes et les chefs d’Etat des deux pays. Une visite sans tambour, ni trompette. Accompagné seulement de son chef de cabinet, de sa conseillère presse et de trois officiers de sécurité, le député de Paris a pris l’avion samedi pour Gao, au nord-est du Mali. Sur place, il a visité le poste de commandement où séjournent 1.400 militaires français. Un PC qui a encore fait l’objet le 29 novembre dernier d’une tentative d’attentat suicide avec deux camions qui ont pu être neutralisés.


Source : Africatime

Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here