Enquête : Affaire Co- pharma – Docteur Gakou, à quand une justice équitable ?

Retour sur un dossier brûlant impliquant des multinationales

Ils sont grossistes (Co pharma, Laborex, CAMED), Banquiers, Auditeurs, juges, Avocats, à s’organiser en association de malfaiteurs pour spolier Dr Gakou Halima de ses biens. Docteur Gakou Halima, opératrice économique de son état, évolue dans le domaine pharmaceutique et est la gérante de la pharmacie V2M. Après de nombreuses années de lutte contre un système mafieux et une justice corrompue, cette dame battante est plus que jamais déterminée à faire éclater toute la vérité et entrer dans ses droits. Retour sur un dossier brulant impliquant des multinationales et de hautes personnalités maliennes dans un système de non droit.

Les faits

Depuis 1999, Dr Gakou nouait une relation de partenariat avec différents fournisseurs de produits pharmaceutiques entre autres Co pharma, Laborex et CAMED. Les choses ont marché normalement jusqu’au jour où elle a constaté qu’après chaque voyage, elle se retrouvait avec des dettes chez chacun de ses fournisseurs. Pourtant, elle a bien un comptable interne et un cabinet de comptabilité. D’où pouvait donc venir le problème ? Ne faisant plus confiance à son comptable, elle finit par le remercier et commencer à suivre elle-même les différentes transactions à partir de janvier 2010. En mars 2010, elle a effectué un autre voyage mais avant, elle a tenu à laisser des consignes fermes au niveau de la pharmacie en recommandant fermement que toutes les commandes passées doivent être réglées immédiatement. A son retour le 23 Juin 2010, Co pharma lui notifie qu’elle lui doit 36 097 335 FCFA. Stupéfaite, elle demande les pièces justificatives. Contre toute attente, Co pharma lui demande de voir au niveau de sa pharmacie. Dr Gakou savait bien qu’au niveau de la pharmacie, la commande de 25 millions a été remboursée conformément aux consignes qu’elle-même avait données avant son voyage. Finalement, elle décide de rembourser les 36 097 335 FCFA à raison de 120 000 par jour pendant 10 mois au risque de se voir privée des produits pharmaceutiques, indispensables pour ses activités. Toutefois, elle a arrêté de passer d’autres commendes jusqu’à expiration du montant imposé par les fournisseurs. Au moment où elle était à 908 729 CFA du payement, le tout puissant Directeur de co pharma l’appelle à nouveau pour lui dire qu’elle devait la somme de 49 938 244F au lieu de 36 097 335 FCFA. Pourtant Dr Gakou avait suspendu les commandes pendant la période du remboursement. Suite à ce nouvel incident, Dr Gakoua décidé de faire l’audit de ses comptes et c’est là qu’elle s’est rendue compte de la grande tricherie des fournisseurs.

Des cabinets de comptabilité sans scrupule

Notons qu’au moins 4 cabinets de comptabilité ont travaillé sur le dossier Gakou mais au solde des multinationales en usant de tous les moyens illégaux à leur possession pour faire sombrer la pharmacie V2M. Ainsi, le cabinet Diarra, commissaire au compte de la société Co pharma a dans un rapport condamné la pharmacie V2M à payer la somme 49 938 224 FCFA au profit de Co pharma. Dr Gakou ne savait pas à quel sein se vouer. Mais, sur les conseils de certaines personnes de bonne volonté, elle a décidé de jeter son dévolu sur le cabinet CACOGES, reconnu par sa rigueur et son honnêteté dans le travail.

Le vol organisé a été mis à nu le jour où le cabinet CACOGES a décidé de faire un travail d’audit et de contre-expertise auprès de tous les grossistes. Après un travail professionnel dénué de toute partialité, CACOGES est parvenu à trouver des anomalies et mieux, a pu démontrer que c’est plutôt Co pharma qui doit des millions de francs CFA à Dr Gakou. Le cabinet CACOGES entre alors en contact avec le cabinet Diarra en lui demandant de revoir le calcul. Mais malheureusement, ce dernier a vu en cela un affront et s’est lancé dans des hostilités contre la pharmacie V2M et le cabinet CACOGES qui ont gardé leur sang-froid malgré les intimidations et les menaces.

Une justice faible et corrompue

Après de longs tiraillements entre cabinets, l’affaire a été portée au tribunal du commerce de Bamako pour qu’il départage les antagonistes. Le tribunal a saisi le cabinet AlesseTogola pour faire la reddition des comptes. Ce cabinet est arrivé à la conclusion que co pharma doit à la Pharmacie V2M la somme de 85 000 000 FCFA confirmant ainsi le rapport du cabinet CACOGES. Le verdict du tribunal de commerce tombe : Co pharma est condamnée à payer la somme de 85 000 000 de francs CFA à la Pharmacie V2M et sommé de payer les 50% du montant avant toute autre forme de procédures de réclamations. Mais, co pharma refuse de s’exécuter et mieux attaque Pharmacie V2M devant une autre instance de justice.

Pendant ce temps, Dr Gakou décide de voir du coté des autres fournisseurs, même constat avec Laborex qui malgré l’évidence des preuves, parvient à corrompre le chargé du dossier au camp 1 où une plainte avait été déposée par Dr Gakou et saisir le pôle économique, donc le Tribunal de la Commune III. Le juge Yaya Karembé, en charge du dossier, saisit le cabinet EGCCI de serges Lepoudier pour d’autres audits chose qui inquiète Dr Gakou, certainement à cause de ses accointances avec Laborex. Certains juges refusent de dire tout le droit et rien que le droit à cause des dessous de table, jetant ainsi l’opprobre et le discrédit sur toute la justice. L’autorité de la chose jugée obtenue par Dr Gakou devant le Tribunal de commerce devait permettre aux nouveaux juges saisis du dossier de débouter purement et simplement co pharma et l’obliger à s’exécuter, mais hélas !

Dans notre prochaine parution, nous vous dévoilerons les dessous d’une escroquerie à grande échelle que subissent les pharmaciens sans qu’ils aient le droit de se plaindre tout simplement parce que ceux qu’ils ont en face d’eux peuvent les détruire et les réduire en silence. Nous reviendrons en détails sur le rôle joué par chaque acteur.

A faire à suivre !

Amadingué Sagara

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here