Lancement du rapport sur le développement humain en Afrique : Des chiffres édifiants sur le coût des inégalités fondées sur le genre

Le rapport sur le développement humain en Afrique 2016 dont le thème est « accélérer les progrès en faveur de l’égalité des genres et de l’autonomisation des femmes en Afrique » fait ressortir des chiffres édifiants sur le coût des inégalités fondées sur le genre. Les disparités entre les genres coûtent 95 milliards de dollars US par an à l’Afrique subsaharienne.

Le Ministre de la solidarité et de l’action humanitaire, Hammadoun Konaté, a co-présidé avec la Coordonnatrice-résidente du système des Nations-Unies au Mali, Mme Mbaranga Gasarabwe, la cérémonie de lancement du Rapport sur le Développement Humain en Afrique 2016. C’était le 15 décembre dernier à l’hôtel Radisson Blu de Bamako. Selon Mme Mbaranga Gasarabwe, ce rapport analyse les facteurs politiques, économiques et sociaux qui entravent la promotion de la femme et propose des politiques et des mesures concrètes pour combler l’écart entre les genres. « Les femmes représentent la moitié de la population du continent. Les aspirations de l’Afrique en matière de développement telles que formulées dans l’Agenda 2063 de l’Union Africaine et dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030 seront impossibles à concrétiser si la moitié de l’humanité est laissée pour compte », a-t-elle fait savoir. La Coordonnatrice du Système des Nations-Unies au Mali a partagé quelques chiffres édifiants sur le coût des inégalités fondées sur le genre dans le développement. En évoquant les données du rapport, elle dira que « les disparités entre les genres coûtent 95 milliards de dollars US par an à l’Afrique subsaharienne et ont culminé à 105 milliards de dollars de perte en 2014 (soit 6% du PIB du continent). Les femmes en Afrique occupent 66% des emplois dans le secteur informel non agricole et ne gagnent que 70 pour cent pour chaque dollar gagné par un homme », a-t-elle ajouté. Seulement 7 à 30% des entreprises privées sont dirigées par une femme. « Les femmes et les filles africaines passent 40 milliards d’heures par an à collecter de l’eau ; près d’une femme africaine sur deux soit 45,6% a subi un type de violence sexuelle ou physique au cours de sa vie », a-t-elle souligné.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here