Ousmane Cherif Madani Haïdara rend compte de Maouloud 2016 : 78.374 fidèles dont 1200 prêcheurs à l’intérieur contre 80.000 autres au dehors du stade du 26 Mars

Comme à l’accoutumée, Ousmane Cherif Madani Haïdara a rencontré, hier mardi 20 décembre, les Hommes des medias à son domicile, sis au quartier de Banconi-Dianguinebougou, pour faire un compte rendu public de la célébration de Maouloud 2016.

Jamais autant de monde n’est venu célébrer Maouloud à Bamako avec le Guide spirituel des Ançardine. Suite aux activités relatives à l’anniversaire de la naissance et du baptême du Prophète Mohamed (PSL), Ousmane Cherif Madani Haïdara était face à la presse. Une rencontre qu’il a organisé à son domicile, à Banconi-Dianguinebougou, sous l’égide du Président du Groupement des leaders religieux du Mali, El hadj Thièrno Hadi Thiam, assisté du Président international d’Ançardine, Sourakata Salamata ; du Président national d’Ançardine, Mamadou Moussa Diallo et devant un parterre d’adeptes.

Au cours de cette conférence de presse clôturant l’anniversaire de la naissance et du baptême du prophète Mohamed (PSL), Cherif Ousmane Madani Haïdara, le Guide spirituel du mouvement des Ançardine, a remercié tous ceux qui célèbrent Maouloud au Mali et à travers le monde. Il a surtout remercié le Président IBK d’avoir effectué personnellement le déplacement pour assister à la clôture de cette fête des musulmans. Il a aussi salué la presse pour son courage et les membres du groupement des leaders religieux.

Le Guide spirituel s’est félicité également de la qualité de l’organisation de cette fête de Maouloud 2016 à l’issue de laquelle aucun incident ou accident n’a été déploré. «Cela, grâce aux forces de sécurité mises à disposition par les autorités nationales d’une part et, de l’autre, la sécurité du mouvement des Ançardine», a dit Haïdara.

Quant au coût financier de Maouloud de cette année, le conférencier laisse entendre que les comptes ne sont pas encore définitivement arrêtés. Mais, selon le Président national des Ançardine, Mamadou Moussa Diallo, pour le moment, les dépenses effectuées s’élèvent à «environ 218 millions de francs CFA».

A la question relative à « l’immixtion des Religieux maliens dans la politique», Ousmane Cherif Haïdara est clair : «Les musulmans que nous sommes ne font pas la politique ; mais, ils ont le droit de choisir celui qu’ils veulent pour les diriger. Pour ce faire, les musulmans ne doivent pas aller sur les antennes des Radios ou devant les écrans des télévisions pour déclamer le nom de leur candidat. Sinon les musulmans doivent voter et ils sont éligibles. Et la preuve en est qu’IBK est musulman ».

S’agissant de la sécurité de notre pays, le conférencier dira qu’il est impératif de donner tous les moyens nécessaires aux militaires et aux forces de sécurité pour assurer la sécurité des Maliens. Car, sans quoi «rien n’est possible».

A propos de la signature par les autorités maliennes du communiqué conjoint avec l’Union Européenne, Haïdara déclare ouvertement : « Si jamais les autorités ont signé la réadmission et le retour de nos émigrés, elles feront mieux de l’effacer ; car, ce sont ces Européens qui nous maintiennent dans la misère et ils veulent chasser nos compatriotes, cela n’est pas normal».

Par ailleurs, vu l’engouement populaire qu’épouse d’année en année la célébration du Maouloud au Mali en général et, surtout, à Bamako, Haïdara estime que le Stade du 26 Mars devient de plus en plus exigu pour contenir tout ce public. Donc, pour lui, l’Etat-providence doit songer à aménager ou à construire spécialement d’autres lieux qui seront réservés à ce genre d’imposantes manifestations religieuses.

Vivement l’édition 2017 !

Abdoulaye Faman Coulibaly : LE COMBAT

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here