Isaac, le «dictateur»

Les mots manquent pour qualifier les attitudes et comportements du président de l’Assemblée nationale du Mali. Il ne s’est toujours pas remis de sa défaite aux communales à Koulikoro. Selon son entourage, tous les jours, ce sont des nouvelles mesures qui pleuvent, des mesures qui n’ont rien à voir avec son travail de président.

Il va jusqu’à interdire l’usage du téléphone portable aux participants lors des débats publics à l’Assemblée nationale. Pour ce faire, des gardes supplémentaires sont déployés uniquement dans la salle Aoua Keïta, pour surveiller le public. Les gardes qui font ce travail soutiennent que c’est pour des raisons de sécurité. On se demande lesquelles, dans la mesure où l’usage est interdit au public, mais les députés font ce qu’ils veulent avec leur téléphone.
Ils appellent et répondent aux appels sans problème dans la salle. Alors que les journalistes, les visiteurs ont sur leur dos des gardes qui agissent comme l’a souhaité le président de l’Assemblée nationale.
En plus de cette disposition, le PAN se donne des pouvoirs extraréglementaires et très souvent pour le contraindre à respecter les textes, il faut des députés aguerris afin de lui dire qu’il ne peut pas tout se permettre. Face aux multiples exigences et décisions d’Isaac, certains députés pensent qu’il est autre «qu’un dictateur».

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here