Présumé accord de réadmission : L’UE au Mali ne souhaite pas commenter la polémique

Nouveau rebondissement dans le débat sur le document présenté par le ministre néerlandais des Affaires étrangères à l’issue de sa visite à Bamako le 11 décembre dernier. Lundi, les ministres des Affaires étrangères et celui des Maliens de l’extérieur ont démenti une nouvelle fois tout accord de réadmission des “demandeurs d’asile refusés” avec l’Union européenne.

Selon Studio Tamani, la représentation de l’Union européenne au Mali n’a pas souhaité commenter cette polémique dont elle déclare ne pas être à l’origine. Du côté de l’ambassade des Pays-Bas, là aussi pas de réaction non plus malgré les sollicitations de Studio Tamani.

La polémique relative à la signature d’un accord avec l’UE pourrait s’expliquer, selon des observateurs, à cause d’une mauvaise interprétation du ministre des Affaires étrangères des Pays-Bas du communiqué conjoint signé avec son homologue malien. Pour l’universitaire Clément Dembélé, cette polémique est également liée à une tension sociale dans le pays.

ASSASSINAT EN 2015 DE TROIS JEUNES A TOMBOUCTOU : Soupçons sur des éléments de l’armée

L’enquête sur l’assassinat de trois jeunes survenu le 17 décembre 2015 à Tombouctou n’a toujours rien donné. C’est ce qui met en colère la jeunesse de Tombouctou qui a marché le 17 décembre pour réclamer que justice soit faite sur cette affaire qui impliquerait aussi des éléments de l’armée.

Les trois jeunes ont été froidement abattus avec des armes à feu à Tombouctou devant la radio associative chrétienne “Tahanint” (la Grâce miséricorde). L’une des victimes travaillait dans cette station. L’annonce de cette nouvelle avait provoqué un vif émoi dans la ville. Suite à ce drame, les responsables des radios de Tombouctou avaient suspendu leurs programmes de diffusion pendant trois jours.

Par ce mouvement, les radios de Tombouctou ont exprimé non seulement leur compassion aux victimes, mais également réclamé plus de sécurité dans la ville.

Jusqu’à présent peu d’informations filtrent sur les circonstances et les mobiles de cet assassinat. Mais, selon les premières constatations, le forfait aurait été commis par un seul individu. De sources locales, des militaires maliens ont été entendus et seraient impliqués dans cet assassinat.

Le mouvement de jeunes Cram-cram a organisé une marche ce week-end à Tombouctou pour rendre hommage aux trois jeunes tués et a demandé aux autorités régionales que toute la lumière soit faite sur les circonstances de cet assassinat.

SIKASSO : 25 enfants garçons et filles interceptés par la police frontalière du Mali

Vingt-cinq enfants garçons et filles, âgés de 15 à 18 ans qui se dirigeaient vers le Burkina Faso ont été interceptés par la police frontalière du Mali. Accompagnés de passeurs ils empruntaient des pistes pour traverser la frontière. Les enfants sont la plupart originaires de la région de Mopti. L’identification de leurs parents et de leurs villages est en cours afin de les ramener chez eux.

GAO : Des membres de la CMFPR 2 se sont installés pendant quelques heures pour la 2e fois dans le camp du Moc

Des membres de la CMFPR 2 se sont installés pendant quelques heures mardi pour la deuxième fois dans le camp du Moc à Gao. Selon son commandant, cette occupation répondait à une rumeur qui annonçait l’arrivée de la CMA. Après une médiation menée par la force Barkhane et la Minusma, les membres de CMFPR 2 se sont retirés.

SAN : 4 bandits armés ont mené une série de braquages dans la ville

Quatre bandits armés ont mené une série de braquages dans la nuit de lundi à mardi à San. Ils se sont rendus dans trois boutiques, un bar et une pharmacie pour dépouiller les occupants. Des enquêtes sont en cours pour retrouver les malfaiteurs.

YOROSSO : mise en place des bureaux communaux

La mise en place des bureaux communaux a débuté le mercredi 21décembe 2016 dans le cercle de Yorosso. Ce déploiement est coordonné par le préfet du cercle. Ces opérations vont se poursuivre jusqu’au 5 janvier 2017.

PROCESSUS DE DDR : Les mouvements armés gonflent leurs effectifs

Alors qu’il était censé concerner moins de 10 000 combattants, le Programme de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR), qui se met lentement en place au Mali, voit ses effectifs croître de manière exponentielle, a révélé hier nos confrères de Jeune Afrique.

Désormais, officiellement, ce sont 10 000 hommes qui en bénéficieront. Mais, au sein de la Commission nationale de DDR, qui vient de s’installer dans le quartier huppé de la Cité du Niger, à Bamako, on évoque une fourchette de 12 000 à 15 000 hommes !

A l’approche du début des opérations, les groupes armés signataires de l’accord de paix ont gonflé – et parfois triplé – leurs effectifs. À ce rythme, pas sûr que les 50 millions de dollars sur lesquels les autorités tablaient pour financer l’ensemble du processus suffisent.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here