SIDY KEITA, directeur national du tourisme et de l’hôtellerie « Nous restons confiants en notre capacité à accueillir tout le monde dans des conditions dignes»

Président de la sous-commission hébergement du Comité national de l’organisation du sommet Afrique-France, Sidy Keïta est très optimiste. Dans une interview qu’il nous a accordée, M. Keïta rassure que sa sous-commission est fin prête pour l’accueil des hôtes du Mali. Selon lui, rien n’est laissé au hasard.
Mali Flash : Où est-ce que vous en êtes avec les préparatifs du sommet Afrique-France ?
Sidy Keïta : Au niveau de la sous-commission hébergement, nous sommes bien en avance. Il s’agissait, en premier lieu, de faire au moins un état récapitulatif de la disponibilité de l’ensemble des infrastructures qui peuvent accueillir les participants au prochain sommet Afrique-France. Il s’agissait non seulement des délégations officielles qui sont prises en charge par l’Etat malien, mais aussi celles non officielles qui se prendront en charge elles-mêmes. Pour ce faire, nous avons identifié un certain nombre d’établissements hôteliers au niveau de la ville de Bamako. Au total, nous avons ciblé une quarantaine qui comprend, entre autres, des hôtels classés cinq étoiles, quatre étoiles, trois étoiles, deux étoiles, une étoile et des hôtels non classés. Mais, le niveau de confort est véritablement acceptable. Voilà les dispositifs que nous avons définis pour l’hébergement des participants au sommet. Pour ce qui concerne l’hébergement des chefs d’Etat, nous avons déjà identifié un certain nombre de sites hôteliers. Ces sites sont connus et nous y travaillons continuellement. Et nous avons aussi des hôtels qui sont actuellement en rénovation, comme l’hôtel Salam qui est en travaux d’extension, avec la possibilité de mettre à la disposition du Comité national d’organisation du sommet Afrique-France (CNOSAF) douze suites supplémentaires. L’Hôtel de l’Amitié qui était occupé par la MINUSMA est aujourd’hui en travaux de mise à niveau. Nous avons les assurances nécessaires par rapport à la fin des travaux avant le sommet. Donc, cela va naturellement nous permettre d’avoir suffisamment de chambres pour l’hébergement de certains hôtes. En plus de cela, l’Etat, pour accompagner le secteur hôtelier dans le cadre de ce sommet, a mis en place des mesures. Pour les hôtels qui voudraient faire de l’acquisition, des importations, etc., l’Etat à mis en place une mesure pour faciliter un peu le cordon douanier, en exonérant les marchandises de certaines taxes. Voilà donc l’essentiel des activités que nous avons menées dans le cadre de l’organisation du sommet Afrique-France. Nous avons apporté une innovation qui est de confier la gestion des réservations à une agence qui va centraliser l’ensemble des demandes des chambres pour le compte du sommet. Nous avons confié ça, en collaboration avec nos partenaires français, à une l’agence « Binetoi ». Binetoi est une agence française qui a une grande expertise dans le cadre de la gestion de l’hébergement des grandes rencontres. Aujourd’hui, nous avons une plateforme déjà prête pour donner une certaine visibilité sur l’ensemble des établissements d’hébergement partenaires de l’évènement. Nous les avons sélectionnés sur la base d’un certain nombre de critères. Les établissements qui ont signé des cahiers de charges et qui, par la suite, se sont montrés défaillants ont été automatiquement mis de côté.
Mali-Flash : Pour la mise à niveau des hôtels, est-ce que vous serez dans le temps ? Si non, quel est votre plan B ?
Sidi Keïta : A ce stade, nous avons plusieurs options. Les établissements qui sont en chantier ne sont que deux. Et je pense que les promoteurs de ces établissements sont en train de prendre toutes les dispositions pour justement finir les travaux dans le délai. Donc, à ce niveau nous n’avons pas d’inquiétude. Il n’y aura pas de trace visible des travaux pendant la période du sommet, l’habillage de l’extérieur sera bien fait de manière à ne donner aucune impression des travaux sur le site. Donc, les parties qui ne seront pas terminées vont être naturellement fermées à l’exploitation. C’est au niveau de l’Hôtel Salam. Quant à l’Hôtel de l’Amitié, les travaux sont en finition. Ils sont en phase de la pose de la moquette. L’établissement est très bien avancé et nous n’avons pas d’inquiétude à ce niveau. Mais, davantage, pour sécuriser les dispositifs d’hébergement des chefs d’Etat, nous sommes en train de réfléchir à plusieurs scénarii. Actuellement, nous pourrions faire recours à des villas privées, tout en prenant en compte des impératifs de sécurité. Mais, à ce jour, nous restons confiants en notre capacité de pouvoir accueillir tout le monde dans des conditions dignes à Bamako. Nous avons un autre projet qui n’est pas le nôtre: le projet de construction des 14 villas qui est très bien avancé. Dans tous les cas, les instructions sont données à tous les niveaux pour que ces 14 villas puissent être aussi prêtes avant le sommet. Nous avons fait face à des difficultés, mais elles n’étaient pas insurmontables. Nous savons qu’aujourd’hui, la course contre la montre est lancée. Nous sommes à quelques jours de l’évènement et dès la semaine prochaine, nous allons commencer à avoir une certaine visibilité : là où les délégations seront, où est-ce qu’elles vont dormir. Là, c’est déjà un élément très important. Déjà, comme je l’ai indiqué haut, il y a un site web pour les délégations qui ne sont pas à la charge de l’Etat. Ces délégations peuvent directement passer par le site web pour faire des réservations et à ce niveau aussi, il n’y a aucune difficulté.
Mali-flash : Quelles sont les grandes innovations que vous allez apporter ?
Sidy Kéita : C’est la toute première fois que l’ensemble des établissements hôteliers sont acceptés pour souscrire à une démarche collective. Ils ont accepté de mettre à la disposition de l’agence Binetoi une partie ou la totalité de leurs contingents, c'est-à-dire que l’agence peut gérer les contingents qui sont mis à sa disposition. C’est un élément qui est tout à fait nouveau parce qu’il fallait tout simplement éviter les incompréhensions.
Comme second élément, nous avons un cahier de charges pour l’hébergement, qui a un certain nombre de critères. Ainsi, tous les hôtels retenus dans le cadre de ce sommet ont une certaine autonomie énergétique, c'est-à-dire une source d’approvisionnement secondaire en eau, mais aussi des groupes électrogènes pour pallier le délestage pendant le sommet. Aujourd’hui, je pense que toutes les commissions qui interviennent dans le cadre de l’organisation de ce sommet sont à pied d’œuvre, que ce soit la commission santé ou la commission sécurité, etc. Pour prendre les mesures idoines afin de garantir la sécurité des participants pendant leur séjour à Bamako, il y a des innovations à certains niveaux. Mais, aujourd’hui, il faut mesurer les mots. Nous avons apporté des nouveautés à certains aspects.
Mali-flash : Votre mot de la fin
Sidy Kéita : Je reste confiant et toutes les bonnes volontés sont là, à commencer par le président de la CNOSAF lui-même. Aujourd’hui, nous avons la chance d’avoir à nos côtés nos ministres de tutelle qui sont aussi motivés et mobilisés, sur instruction du Président de la République, pour faire en sorte que chacun dans son domaine puisse justement apporter des solutions nécessaires. Nous restons confiants en notre capacité de pouvoir relever le défi. On a toutes les raisons d’y croire.
Propos recueillis par Mai Diallo

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here