Commune urbaine de Sikasso : Kalfa Sanogo s’installe le 29 décembre !

Les Sikassois ont élu Kalfa Sanogo pour diriger leur conseil communal, car, pour eux, il est l’homme qui apportera à Sikasso et aux populations, le développement qu’ils attendent depuis très longtemps.

Kalfa Sanogo a été presque plébiscité lors des élections communales tenues le 20 novembre dernier, à Sikasso, sa terre natale. Il dirigera une équipe communale qui a mission de satisfaire les nombreuses attentes des populations. Lui, est très confiant, et croit pouvoir se dédier, entièrement et sans réserve pour la cause de Sikasso. Lors des campagnes, il l’a dit. Après son élection, il l’a redit. C’est son engagement pour la cause de Sikasso, qui la pousser à se présenter au poste de maire, sollicité, également, par les notabilités de la localité qui reconnaissent en lui la capacité à tirer Sikasso vers le développement.

Son succès, fut éclatant. C’est peut être pour cela que certains hommes politiques de son camps, voient en lui, le probable candidat du parti pour la présidentielle de 2018. Ainsi donc, dans la ruche, certains n’hésitent plus à dire ouvertement que Kalfa Sanogo ferait un bon candidat pour le parti. C’est bon d’accorder sa confiance en Sanogo.

Il le mérite d’ailleurs. Mais, vouloir le jeter en pâture, aussitôt qu’il s’est installé dans le fauteuil de maire de Sikasso, relève d’un pur calcul politicien. Si Sanogo est un cadre valable pour l’ADEMA, il l’est beaucoup plus pour Sikasso qui a besoin d’un homme comme lui, pour résoudre ses problèmes et Dieu seul sait que ces problèmes sont multiples. Kalfa Sanogo aura besoin de toute son énergie pour initier les actions de développement. Vouloir le présenter comme le candidat idéal pour le parti, c’est détourner son attention de la raison pour laquelle il a été élu maire à Sikasso. C’est aussi, l’exposer trop tôt, à ses adversaires politiques qui attendent la moindre petite occasion pour détruire son image. L’homme sait rester ce qu’il est. Et c’est ça d’ailleurs qui forge son caractère et le place au-dessus de certains hommes politiques pour qui, la politique, c’est l’art de protéger ses seuls intérêts.

Tièmoko Traoré

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here