Insécurité, élections communales 2016, accord d’Alger, accord de réadmission : Crise de confiance entre gouvernants et gouvernés

Insécurité, élections communales 2016, accord d’Alger, accord de réadmission : Crise de confiance entre gouvernants et gouvernés

Face à l’insécurité galopante qui sévit chaque jour, le gouvernement a montré son incapacité à apporter une solution politique ou une riposte militaire et exercer sa souveraineté sur l’ensemble du territoire malien en assurant la sécurité des personnes et des biens. L’accord colmaté comme une solution politique, signée le 15 mai et le 20 juin 2015 n’a nullement permis de réduire les conflits, ni entre les groupes armés ni entre ceux-ci et le gouvernement malien. Dans ce contexte, la tenue des élections communales a montré jusqu’où la crise malienne était profonde, avec des achats de vote et diverses irrégularités. Et pour ne rien arranger à la situation, la polémique autour d’un présumé accord de réadmission s’est prolongée sur une motion de censure à l’Assemblée nationale. Même si elle n’a pas abouti, cette motion de censure est la traduction d’un malaise et la preuve d’une crise de confiance qui s’est durablement installée entre la représentation nationale et le gouvernement sur des questions essentielles.

La session budgétaire qui a pris fin par le vote d’une motion de censure, le 21 décembre 2016, n’aura pas été marquée seulement par l’adoption d’une loi des finances qui s’élèvent à 2 013 578 104 000 FCFA en recettes et 2 270 647 113 000 FCFA en dépenses. Mais aussi par la mise au pilori des ministres à travers une interpellation du gouvernement, le mardi 20 décembre, et le vote d’une motion de censure le mercredi 21 décembre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here