Lutte contre la corruption au Mali : Les députés se planchent sur des textes de loi y afférents

A la faveur d’une retraite de deux jours dont les travaux ont démarré le jeudi 22 décembre 2016 à Bougouni, les députés membres du Réseau des parlementaires de lutte contre la corruption vont procéder à l’examen et à la validation des textes de loi contre la corruption et l’ITIE. L’initiative de cette retraite est du consortium NDI/NIRAS, lequel partenaire inscrit cette activité dans le cadre de son programme de renforcement des capacités de l’Assemblée Nationale. Deux jours durant, les honorables députés réunis autour de certaines organisations de la société civile, vont s’approprier les conclusions et recommandations des études réalisées afin de définir les perspectives pour des actions législatives fortes pour une lutte efficace contre les différents phénomènes objets des études en général, et de la corruption en particulier.

C’est l’hôtel Piémont de la ville de Bougouni qui a abrité la cérémonie d’ouverture de la rencontre. Présidée par l’honorable Belco Bah, le 2è questeur de l’Assemblée Nationale qui représentait pour la circonstance le président de l’institution, cette ouverture s’est déroulée en présence du président du Réseau des parlementaires de lutte contre la corruption l’honorable Zoumana N’tji Doumbia. Le consortium NDI/NIRAS est représenté à la tribune par le directeur résident Mali de l’Institut National Démocratique (NDI), Dr Badié Hima.

A la suite des mots de bienvenue de l’autorité administrative de la cité hôtesse, le président du Réseau a estimé que la rencontre valait tout son pesant d’or en ce sens qu’elle va leur permettre de faire en sorte que les ressources minières du Mali puissent briller pour tout le pays. L’honorable Zoumana N’tji Doumbia a ensuite remercié le consortium NDI/NIRAS pour son accompagnement. Dr Badié Hima a quant à lui exprimé la fierté du consortium qui a contribué dans les actions de lutte contre la corruption engagées au Mali, en mettant à la disposition du réseau des parlementaires, des consultants nationaux pour réaliser des études diagnostiques et élaborer des avant-projets de textes de lois au profit des députés. « La corruption est endémique au développement, les industries extractives ne le sont pas moins » a indiqué le directeur résident du NDI Mali avant de laisser entendre son espoir que l’ensemble des propositions de lois qui seront issues des travaux, seront adaptées aux réalités maliennes. Il n’en a pas fallu plus que ça pour que le président de la cérémonie fasse le rappel que la corruption est un phénomène en constante progression qui préoccupe la communauté internationale, les instances régionales et sous régionales et les citoyens, compte tenu de la menace qu’elle présente pour la stabilité et la sécurité des sociétés, le fonctionnement normal des institutions, la préservation des valeurs démocratiques et éthiques. « Il s’agit d’une lutte de longue haleine que vous êtes tenus de faire à travers une action législative » a ajouté l’honorable Belo Bah.

C’est à la suite de cette phase cérémoniale que les consultants nationaux commis par le consortium NDI/NIRAS ont constitué des groupes de travaux pour rentrer dans le vif du sujet du jour en plénières. Il a été question au cours de ces sessions plénières pour les consultants de présenter les résultats des recherches et les avant-projets de textes de lois. S’en suivront ensuite des propositions d’actions de plaidoyers pour un meilleur suivi des avant-projets de textes de lois jusqu’à leur adoption. Les résultats des travaux de groupe en plénière suivis de discussions mettront fin aux travaux de la retraite.

André SEGBEDJI/abamako.com

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here