Offense au Chef de l’Etat : Le RPM en veut au Ministre de la Justice et au Procureur Général

Le débat autour de la signature d’un accord de «réadmission» par le gouvernement tient le régime en haleine depuis un certain temps. Les interpellations des Ministres et la motion de censure déposée par l’opposition sont passées par là. Mais ce qui a choqué le parti présidentiel, c’est l’inertie du Ministre de la Justice et du Procureur Général à poursuivre les auteurs de certains propos virulents et «injurieux» contre la personne du Chef de l’Etat.
Le Parti au pouvoir sort les muscles. Il entend désormais pleinement jouer son rôle de bouclier du Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta. Le signal fort a été lancé ce jeudi au sein du patronat malien au cours d’une conférence de presse. Ladite conférence était animée par le nouvel Président du RPM, Dr Bocary Tréta, qui était entouré de son Secrétaire Général, Me Baber Gano, et de son Secrétaire aux Relations Extérieures, Mahamadou Camara. Au cours de cette conférence, Dr Bocary Tréta est revenu sur la question de la motion de censure de l’opposition qui a été rejetée la veille. Il s’est questionné sur le bien-fondé d’une telle démarche qui n’avait, selon lui, pas ses raisons d’être. Il pense que le Mali a une opposition «putschiste» qui est prête à pactiser même avec le diable pour voir IBK quitter le parti.
En faisant l’historique des relations humaines qui les lient à ceux de l’opposition, il se dit très étonné des propos tenus par certaines personnes qui savent qui est le Président IBK. Il s’insurge contre ces «injures» et autres propos tendancieux tenus par des politiques et une certaine population «manipulée» visant à jeter «l’honneur et la dignité d’IBK aux chiens».
Le RPM, par la voix de son Président, ne saurait tolérer désormais une telle pratique qui n’est pas démocratique et morale. Pour ce faire, le parti avertit que, désormais, il sortira des bois pour porter la riposte si de besoin y est. Me Baber Gano tient à souligner que le RPM ne ripostera pas comme le font certains disciples de Marabouts et autres, qui réagissent avec violence quand on parle de leurs guides, mais plutôt en parti civilisé et faisant recours aux voies légales. Il ne sera plus question pour le RPM d’assister de façon inerte aux «injures» et aux propos déplacés visant à «trainer IBK dans la boue». Si le RPM se dit prêt à jouer son rôle du bouclier face aux attaques à venir (chose qui lui a été reprochée à maintes reprises par IBK), pour l’instant, il en veut au Ministre de la Justice, Mamadou Ismaël Konaté et à son Procureur Général, Mahamadou Coulibaly. Les deux Mahamadou sont dans le viseur du RPM, pour ne pas avoir joué leur rôle. Selon Dr Bocary Tréta, il est du devoir du Ministre de la Justice et du Procureur Général de poursuivre toute personne qui se rendra coupable d’ «offense» au Chef de l’Etat qui incarne la première institution du pays. Il regrette, donc, que ces deux personnes au vu des propos récemment tenus n’aient pas réagi.
Le parti a renouvelé son soutient au gouvernement qui n’a pas signé un «accord» de réadmission. Il a aussi salué la décision de l’Assemblée Nationale pour avoir déchargé l’ex-Président ATT et de demander à ce qu’une enquête soit ouverte pour situer les responsabilités dans les évènements de Kidal. La décision de décharger ATT est, selon lui, «historique». En ce qui concerne le cas de Kidal, il a rappelé que la visite de Moussa Mara a été un tournant décisif qui mérite que des éclairages y soient apportés.
Enfin, le parti des tisserands s’est réjoui de la bonne préparation du Sommet Afrique-France, qui traduit le retour du pays sur la scène internationale.
Mohamed Dagnoko : LE COMBAT

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here