Récompense : Djigui Diarra élu sportifs de l’année par les électeurs de l’essor

Le gardien de but du Stade malien et des Aigles s’est classé premier, devant le champion d’Afrique de taekwondo, Ismaël Coulibaly et le défenseur des Blancs, Mamadou Doumbia

Le meilleur sportif de la saison 2015-2016 s’appelle Djigui Diarra. Le gardien de but du Stade malien et des Aigles a été élu sportif de l’année par les lecteurs de L’Essor avec une écrasante majorité, devant le champion d’Afrique de taekwondo, Ismaël Coulibaly et le défenseur central du Stade malien, Mamadou Doumbia. Djigui Diarra a obtenu 150 points, contre 78 et 45, respectivement pour Ismaël Coulibaly et Mamadou Doumbia.
Vainqueur du championnat national avec le Stade malien, le jeune gardien s’est également illustré sur l’échiquier continental en se hissant en finales du Championnat d’Afrique des nations (CHAN) avec les Aigles locaux (défaite 3-0 face à la RD Congo) et du tournoi UEMOA également perdu 1-0 devant le Sénégal. Titulaire de l’équipe nationale locale, Djigui Diarra a été décisif au Rwanda lors du dernier CHAN, tout comme au Togo lors de la 7ème édition du tournoi UEMAO.
Malheureusement pour le jeune gardien, le Mali a perdu les deux finales et Djigui Diarra a dû se contenter du sacre de son équipe en championnat. Né le 27 février 1995 à Bamako (Hamdallaye), le keeper-capitaine des Aigles locaux a commencé sa carrière de footballeur dans la rue à l’AS Samba d’Hamdallaye du nom d’un ancien footballeur. Lors d’un match amical contre le C-foot 26 Mars de Moussa Bagayoko, il est repéré par l’ancien gardien de but du Réal qui le sélectionne. Ce jour, Digui Diarra avait débuté le match au poste de milieu de terrain, mais suite à la blessure du gardien, il troquera son N°6 contre celui de gardien de but. Depuis, le natif d’Hamdallaye n’a plus quitté les buts. En 2010, Djigui Diarra participe à la coupe ATT à Mopti avec l’équipe de la commune VI.
C’est lors de ce tournoi que les dirigeants du Stade malien le découvrent et lui proposent de rejoindre Sotuba. Moussa Bagayoko qui a guidé les premiers pas de Djigui Diarra le décrit comme un garçon très rigoureux avec lui-même et un meneur d’homme.
«Presque tous les gardiens du Mali sont passés par mon centre. Je suis très fier de Djigui Diarra. C’est un garçon du caractère, il a su garder les buts de l’équipe nationale senior avec beaucoup de sang froid. S’il continue avec le même sérieux, il n’y a pas de doute, il peut devenir l’un des plus grands gardiens d’Afrique», pense Moussa Bagayoko.
Dès son arrivée au Stade malien, le gardien de but a gravi les échelons petit à petit à l’ombre de Soumaïla Diakité, son idole. Le départ de son aîné le propulse au devant de la scène en 2014, Djigui Diarra devient titulaire dans les buts du Stade malien et c’est fort logiquement qu’il intégrera la sélection nationale le 27 mai 2016 à l’occasion d’un match amical contre le Nigeria, (défaite des Aigles 0-1). L’unique but a été marqué après la sortie de Djigui Diarra qui gardera les buts des Aigles contre le Soudan du Sud (3-0) et le Gabon (0-0). En trois sélections le gardien n’a encaissé aucun but.
« Je suis très content de cette récompense. Je salue cette initiative de L’Essor qui, j’en suis sûr va pousser les sportifs du Mali à travailler davantage pour être récompensés», a confié Djigui Diarra au cours de sa visite à notre Rédaction. Avec la sélection nationale junior, les Aiglons, le jeune gardien a été demi-finaliste du Mondial en 2015 en Nouvelle-Zélande et tous les supporters se souviennent encore des exploits réalisés par le natif d’Hamdallaye dans les buts du Mali.
«Le match contre l’Allemagne en quarts de finale restera gravé dans ma mémoire pendant toute ma carrière. Ce dimanche 14 juin 2015, au Christchurch stadium, racontera Djigui Diarra, le Mali était mené 1-0 et l’Allemagne a obtenu un penalty qui pouvait permettre à cette équipe de tuer le match. J’ai réussi à bloquer le penalty et par la suite, le Mali a égalisé, avant de s’imposer dans la séance des tirs.
Après la rencontre, tout le monde, la presse, mes coéquipiers, l’encadrement technique, s’est rué sur moi pour me féliciter. C’était incroyable, je n’oublierai jamais ce match contre l’Allemagne. C’est mon meilleur souvenir», conclura le gardien de but du Stade malien qui dédie sa distinction à toute la famille du Stade malien et au président Boukary Sidibé «Kolon» qu’il considère comme un père.

L. M. DIABY

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here