Le ministre de la culture au Fescauri : “Ce festival est un atout pour le développement local”

Selon Mme le ministre de la Culture, Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo, la dixième édition du Festival des Cauris du Mandé, qui vient de se tenir du 16 au 18 décembre dernier, à Siby, est un point cardinal et un point de départ de l’agenda culturel annuel de notre pays. Il s’agit des autres festivals à venir, notamment la Caravane de la paix itinérante, le Festival sur le Niger à Ségou, le Festival du triangle de Balafon.

La 10ème édition du Festival international des cauris du Mandé (Fescauri) vient de se tenir avec succès du 16 au 18 décembre dernier, à Siby. Le thème de cette édition était placée sous “le savoir-local : paix et protection de l’environnement”. Aux dires des festivaliers, l’édition 2016 de cette manifestation culturelle dont l’objectif est de promouvoir la culture mandingue à travers les cauris comme art divinatoire, a tenu toutes ses promesses. Plusieurs personnalités politiques et administratives étaient au rendez-vous afin de rehausser l’éclat de ce festival. Parmi les invités de marque figurent l’ancien président de la République, Professeur Dioncounda Traoré et bien sûr le ministre de la Culture, Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo.

La particularité de cette présente édition réside dans les expressions artistiques de la confrérie des chasseurs. Les savoirs de la médecine traditionnelle du Mandé avec des sensations auditives et visuelles ont été aussi expliquées aux nombreux festivaliers. Une bonne place a été également réservée aux arts divinatoires, notamment le jet de cauris, la géomancie, la numérologie ainsi que la consultation de marabouts. Autres temps forts, ce sont des conférences-débats animées par des chercheurs de plusieurs disciplines autour de différentes thématiques: cauris et chasseurs, entre le mythe, la thérapie et protection de l’environnement. Sans oublier des visites touristiques, des foires d’expositions et des veillées autour du feu sacré. Comme à l’accoutumée, Mme le Ministre N’Diaye Rama Diallo était visiblement très heureuse d’être à ce grand rendez-vous de la culture malienne. “Le Mandé, dont notre pays se glorifie des hauts faits et des actes posés en matière de gouvernance, nous enseigne que les jours et les nuits naissent de la même façon, et ne se ressemblent pas. La tenue de la 10ème édition d’un festival, ici au Mali, est un encouragement pour le département de la culture. C’est, avant tout, en cette circonstance que j’ai tenue à faire, encore, le déplacement de Siby pour saluer l’abnégation, le professionnalisme des initiateurs et des équipes d’organisation de ce grand festival des Cauris. Il m’est un honneur de fouler, encore une fois la terre du Mande, où sont nées des valeurs culturelles positives et des systèmes de conduites sociétales qui ont fortement contribué à façonner notre Mali d’hier et celui d’aujourd’hui” a-t-elle déclaré. Selon elle, le Fescauri, dans sa progression, œuvre à conserver ce caractère de vivier de la culture au Mande. “Dix éditions pendant lesquelles les organisateurs ont su mobiliser les acteurs, les populations du Mandé et d’ailleurs autour de cet évènement culturel. Dix éditions qui ont constitué une belle opportunité pour revisiter notre passé glorieux dans ses pratiques, ses coutumes, ses savoirs – faire et savoir être”.

S’agissant du thème de cette 10ème édition : “Savoir local : paix et environnement”, la Ministre N’Diaye Rama Diallo dira qu’il traduit à suffisance le rôle de nos valeurs traditionnelles en vue de l’instauration et la consolidation d’une paix durable dans notre pays.

S’adressant aux populations de Siby, elle précisera tout simplement que “ce festival est un atout pour le développement local, une contribution à l’éducation des jeunes générations, au dialogue social et au renforcement de la cohésion au sein de nos populations. Il m’est donc opportun d’inviter les organisateurs de ce festival à œuvrer davantage à la vulgarisation de ces expressions culturelles, à promouvoir l’héritage culturel et à encourager le tourisme, qui ici est plus que jamais une émanation de la culture ancestrale de nos terroirs”.

En tout cas, la longévité relative de ce festival, dira Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo, est une résultante de l’engagement des populations de Siby et des autorités coutumières du Mande à soutenir, avec le département de la Culture, un nombre important d’initiatives culturelles pour valoriser ses potentialités. Il s’agit, entre autres, du Fescauri, du festival de Kirina de Moulaye Hassane Haïdara et le Festival historique du Mandé de l’artiste Tiken Jah Fakoly.

A.B. HAÏDARA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here