Reconnaissance du mérite : IBK primé Grand démocrate

Les détracteurs du régime actuel ont beau critiquer la gouvernance, leurs diatribes n’ont pas eu raison du sens élevé du président IBK pour la démocratie au Mali. Il vient d’être fait une fois de plus lauréat du Prix Mandela 2016 de la démocratie, assénant ainsi un énième camouflet à ses opposants.

Le comité du Prix Mandela 2016 a dévoilé les personnalités et institutions choisies pour récompenser leurs actions louables en faveur de l’Afrique et de la paix dans l’esprit de Nelson Mandela.

A l’instar de ses homologues président Macky Sall du Sénégal et le Roi Mohammed VI du Maroc, le Chef de l’Etat, son Excellence Ibrahim Boubacar Kéita s’est vu attribué parmi les prix Mandela celui de la démocratie 2016 décerné. L’annonce a été faite à travers le document reçu de la Fondation Mandela.

IBK, le grand démocrate

Pour le prix de cette année, le comité qui attribue le prix a reçu 3.623 candidatures dont 3.191 candidatures populaires, 25 individuelles, 388 diplomatiques et 19 officielles.

En considération des critères d’attributions des Prix Mandela, le Prix Mandela de la Démocratie est revenu à notre président de la République, SE Ibrahim Boubacar Keita du Mali, pour son immense et infinie contribution à la consolidation de la démocratie au nord du Mali.

Ceci à travers l’Accord pour la Paix et la Réconciliation issu du processus d’Alger, la stabilisation politique et sécuritaire du Mali et par conséquent la stabilisation du Sahel.

Autres présidents africains lauréats

Le jury a attribué le Prix Mandela de la paix à Sa Majesté le Roi Mohammed VI du Maroc, pour ses efforts pour la construction d’une société de justice et de paix entre les hommes et les nations, et surtout pour ses actions extrêmement méritantes en faveur de promotion du développement de l’Afrique à travers sa diplomatie économique, sécuritaire, humanitaire, culturelle et spirituelle.

Le président sénégalais Macky Sall est fait lauréat du Prix de l’Emergence, eu égard à son projet de société visionnaire, décliné à travers le Pse.

Le Prix de la Gouvernance est revenu au président béninois Patrice Talon, pour sa vision et son comportement de bon gestionnaire de la chose publique, et son refus de la politique.

En ce qui concerne le président Isoufou Mahamadou du Niger, il lui a été décerné le Prix de la Sécurité pour sa fermeté politique en matière de sécurité nationale. Mais également pour son ‘’leadership régional de sécurité pour combattre le terrorisme-djihadiste et le trafic de drogue dans le Sahel et l’espace du Lac Tchad’’.

Le prix Ubuntu à Mme Michaëlle Jean

Mme Michaëlle Jean, Secrétaire générale de la Francophonie, a été nominée lauréate du Prix Ubuntudu fait de ses actions au bénéfice d’une humanité plus fraternelle, de son sens aigu de solidarité et de son combat pour la justice, l’égalité homme-femme, la démocratie et le respect des droits de l’homme dans le monde.

Alain Foka, meilleur journaliste

Le prix de meilleur journaliste est attribué à notre confrère du RFI, Alain Foka, pour l’ensemble de sa carrière et des magazines qu’il produit.

Le bec cloué à l’opposition

De son arrivée au pouvoir en 2013 à nos jours, le président IBK n’a cessé d’être victime des attaques de tout genre venant de l’opposition. Cela est le cas surtout sur l’Accord pour paix et la réconciliation.

Ses efforts pour le retour de la paix et de la sécurité, qui sont insignifiants aux yeux des opposants au pouvoir d’IBK, sont salués par des institutions internationales, car des pas sont franchis dans ce sens.

La paix ne peut pas revenir définitivement, c’est un processus de longue haleine. Les armes ne tonnent plus aujourd’hui au nord du pays comme en 2012. Et nul n’est censé être trop pressé dans ce sens.

Un pays en crise ne peut organiser mieux les élections comme les législatives de 2013 et communales du 20 novembre 2016.

Aujourd’hui, la stabilité politique règne au Mali. Ce qui lui a valu le mérite de ce prix. Même les opposants sont conscients de ces efforts, si ce n’est critiquer pour critiquer. Un tel prix décerné au président IBK n’est qu’un clouage du bec de l’opposition.

Cyril ADOHOUN

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here