Synabef, la fin du « procès du chèque »

L’incarcération du jeune banquier, Hamadoun Boré, a mobilisé le Syndicat national des banques, établissement financiers, compagnie d’assurance et commerce (SYNABEF). Il avait payé un chèque, qui répondait aux normes selon le syndicat, au compte de Mohamed Cissé, un riche opérateur économique malien. Sa relaxation vient ainsi mettre à ce que le syndicat avait appelé « le procès du chèque ».

Selon M. Aguibou Bouaré, président de la SYNABEF, Hamadoun Boré avait été incarcéré injustement par la seule volonté de de M. Cissé, pour avoir payé un chèque qui, pourtant, respectait toutes les mentions obligatoires d’un tel instrument de paiement: la dénomination du chèque, le montant en chiffres et en lettres sans rature ni surcharges, la date, l’ordre formel de payer, la signature conforme, l’indication de la banque tirée et l’indication du bénéficiaire du chèque.

.« Aujourd’hui est un grand jour, car la cause qui nous avait tant ébranlé a abouti finalement. Pourquoi, les agents de banques sont-ils victimes d’insécurités judiciaires caractérisées par des emprisonnements et inculpations systématiques pour avoir appliqué les lois et règlements bancaires ?», s’est-il interrogé au cours d’une Assemblée générale.

« Nous avons le plus grand respect pour la justice sans laquelle, l’humanité serait dans la jungle (justice privée avec règne absolu du pouvoir du plus fort sur le plus faible et ou du plus riche sur le plus pauvre) ; l’idéal d’Etat de droit serait impossible. Fort heureusement, nous partageons cet idéal noble avec nombre de magistrats éclairés et consciencieux de notre pays », a-t-il ajouté pour réaffirmer l’attachement de son syndicat à l’indépendance de la justice, tout en remerciant les personnes qui ont soutenu leur collègue.

Pour sa part, Hamadoun Bah a mis l’accent sur les difficultés au niveau de certaines banques entre les syndicalistes et leur direction. Et pour lui, Hamadoun Boré a fait ce que n’importe quel autre banquier du monde aurait fait, et « c’est dans l’exercice de sa fonction qu’il avait été pris pour cible par rapport à un forfait qu’il n’a pas commis ».

Le Secrétaire général de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM),Yacouba Katilé, a vivement salué les uns et les autres pour la grande mobilisation qui a permis la relaxation du camarade Hamadoun Boré. « Hier c’était lui, demain ça peut-être chacun d’entre nous, d’où l’importance de rester soudés », l’union faisant la force.

KANTAO Drissa

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here