Chantage autour de l’accord de réadmission : Comment et pourquoi la France manipule l’UE contre nos chefs d’Etat

Profitant de la restitution des conclusions de la 10è édition de « Migrance », la semaine dernière, au Centre Amadou Hampaté Ba, l’ancienne ministre de la Culture du Mali, Aminata Dramane Traoré, a engagé le débat pour éclairer la lanterne de ses compatriotes sur un sujet d’actualité devenu explosif : l’accord de réadmission qui n’est autre qu’un instrument de l’immigration choisie de la France de Sakozy, qui a passé la patate chaude en douce à l’Union européenne pour chasser les migrants africains. L’objectif de cette rencontre est de trouver les moyens d’organiser la résistance et de développer une capacité de proposition à travers une mise à niveau des Maliens. Dans cet exercice, Aminata Dramane Traoré était entourée par Taoufik Ben Abdallah, coordinateur du Forum social africain et l’écrivaine française, Nathalie M’Dela Mounier. Tout va être passé au peigne fin disent tout : De l’accord de l’immigration, à l’accord de la réadmission des migrants en passant par les APE et le programme d’ajustement structurel.

 La mobilité fait partie de l’histoire du Mali. La France veut l’Afrique sans les Africains ! Elle vient de poser une banane sous les pieds des autorités maliennes à travers un soi-disant accord de réadmission qu’elle dit avoir réussi à arracher aux autorités maliennes sans être capable de brandir une quelconque preuve d’un accord. Un communiqué conjoint a-t-il la valeur juridique d’un accord ? Non et non ! Notre pays n’a pas signé d’accord, mais il a accepté de discuter et d’explorer certains points y afférents. Signé ou pas signé, notre pays ne peut et ne doit s’ériger en gendarme contre les Africains. Cet accord est non seulement dangereux pour la sécurité, l’économie et la politique de nos pays. Dans ce contexte de guerre commerciale, il n’y a pas d’accord possible entre l’Europe et le Mali. Tout simplement nous ne sommes pas égaux. Autrement dit, que le Mali signe ou pas, les Européens vont continuer à chasser des migrants africains comme ils ont l’habitude de le faire. Donc le but visé par cette campagne médiatique pour terroriser l’Etat malien n’est ni plus, ni moins que d’en rajouter à la tension dans une situation  déjà conflictuelle. C’ est pourquoi nos intellectuels ont engagé le débat à travers Aminata Dramane Traoré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here