Mali : 316 milliards de Fcfa pour la défense et la sécurité en 2017

C'est une grosse enveloppe que le gouvernement malien a annoncé pour le renouvellement de l'équipement de l'armée et le rehaussement des effectifs dans le cadre d'une vaste stratégie pour renforcer la défense et la sécurité. Est-ce suffisant pour ramener la paix dans un pays ravagé par le terrorisme et les mouvements rebelles ?

Une première pierre pour la modernisation de l'armée malienne et de son équipement ? En tout cas tous les signaux envoyés par le gouvernement vont dans ce sens. Le gouvernement malien annoncé une enveloppe de 316 milliards Fcfa (481 millions d'euros) pour le renforcement des secteurs de la défense et de la sécurité en 2017.
Une mise en œuvre d'un plan de renouvellement de l'équipement

Dans le détail, cette enveloppe sera scindée en deux parte. Le secteur de la défense se taille la part du lion en se voyant attribuer 265 milliards de Fcfa contre et 51 milliards de Fcfa pour le secteur de la sécurité. L'enveloppe globale destinée au financement de ces deux secteurs devrait être tirée du budget 2017. Elle servira à la mise en œuvre de la loi d'orientation et de programmation militaire (LOPM). Cette dernière prévoit un investissement global de 1230 milliards de Fcfa entre 2015 et 2019 pour l'achat de matériel militaire destiné à renouveler l'équipement obsolète de l'armée malienne.

La première phase de ce projet de renouvellement de l'équipement a concerné l'achat de véhiculés blindés et semi-blindés Renault Trucks Défense et d'hélicoptères Super Puma. Pour remplacer les avions MIG russes, l'armée de l'air malienne a également passé commande auprès du constructeur brésilien Embraer.

La LOPM prévoit également un renforcement des effectifs de l'armée malienne, constituée actuellement de 13.000 soldats pour une population de16,5 millions d'habitants. Ainsi, il est prévu le recrutement de 10.000 soldats supplémentaires pour accroître le ratio du nombre de soldats par habitant.
Sécurité et défense, un enjeu vital pour le Mali.

Au-delà des effets d'annonce, le renforcement de la défense et de la sécurité au Mali est un enjeu vital pour le pays. Le renversement en 2012 du président Amadou Toumani Touré, accusé de ne pas être assez ferme face à la partition du pays, a été suivi d'une prolifération des groupes terroristes couplée à des revendications de rebelles.

L'intervention militaire française qui a installé la force Barkhane en remplacement de Serval et d'Epervier n'a pas réussi à ramener la paix. Les autorités maliennes même avec l'appui de leur allié ne contrôlent pas l'étendue des 1,2 million de kilomètres carrés. En effet, le nord et le centre du Mali sont confrontés aux violences des groupes rebelles armés et des groupes terroristes.

Plus au sud, Bamako, de plus en plus sous pression par des mouvements sévissant dans la région du Sahel, a renforcé sa sécurité en prévision du sommet France-Afrique qu'elle s'apprête à recevoir en janvier 2017. Au-delà de cet événement, le renforcement de la défense et de la sécurité, devrait permettre de ramener la paix dans ce pays dévasté par la guerre.


Source : Africatime

Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here