Harmonisation des codes de déontologie et d’éthique sectoriels: Le CDI convie les agents des services publics

Le Commissariat au Développement Institutionnel (CDI) a organisé du 28 au 29 décembre à son siège, un atelier sur l’harmonisation des codes de déontologie sectoriels avec le projet de code de déontologie de l’agent de l’administration publique. La cérémonie d’ouverture a eu lieu le mercredi 28 décembre 2016, sous la présidence de Abraham Bengaly, commissaire au développement institutionnel, en présence des agents de différents services publics.
L’objectif de cette initiative est de permettre à l’administration publique de disposer d’un code de conduite et d’éthique qui poserait les bases d’une politique d’intégrité fondée sur la promotion des valeurs et aurait une portée générale par rapport aux codes sectoriels conformément aux orientations de la politique nationale de transparence.

Après avoir remercié les participantes et rappelé l’organisation en mai 2016, au CICB par son département des premières journées de réflexion et d’échanges sur les droits et les obligations des fonctionnaires sous le thème : quelle déontologie pour les agents publics. Le commissaire au développement institutionnel, Abraham Bengaly a fait savoir qu’il s’agit, à travers ces journées, d’engager des réflexions approfondies et nourries en vue de permettre aux agents publics de se pencher sur les valeurs d’éthiques et les principes déontologiques qui gouvernent la gestion des affaires publiques et d’instaurer un dialogue constructif entre les agents publics de l’Etat sur les mutations de leurs droits et leurs obligations. En ce sens, il dira que la tenue de ces journées de réflexion et d’échanges constitue une étape cruciale du processus d’élaboration du code d’éthique et de déontologie commun à l’assemble des agents publics.

Selon le commissaire, la déontologie des agents publics repose sur un corpus de règles spéciales, inhérentes à l’exercice de la puissance publique et à la responsabilité de charges d’intérêt général. Ainsi, il a souligné que ce corpus, désormais inscrit dans le statut général des fonctionnaires est aussi ancien que l’administration du fait que ses exigences de probité, d’intégrité, d’impartialité et de dignité, auxquels se sont ajoutés les devoirs de neutralité et de laïcité, sont au fondement de l’éthique du service public et de la vocation de leurs serviteurs. Plus loin, il a déclaré que l’exigence de la démocratie est ancienne dans les Etats démocratiques. Et qu’elle se nourrit et se renforce de nos jours de l’écart réel et croissant entre les attentes des citoyens vis-à-vis de ceux qui parlent et agissent en leur nom et la manière dont ces acteurs publics se comportent, alors même que cette manière d’agir et de servir ne cesse globalement de s’améliorer au plan éthique.

Ousmane Baba Dramé

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here