Mohamed Ali BATHILY : les incohérences d’un négociateur

Mohamed Ali BATHILY et les incohérences de sa mission de négociateur au consulat
Mohamed Ali BATHILY ou le négociateur en chef. Depuis une semaine, le ministre des domaines de l’état et des affaires foncières du Mali est en France. Il s’est présenté au collectif main propre qui occupe le consulat général du Mali comme étant l’envoyer spécial du président de la république et du premier ministre pour entamer des négociations en vue d’une sortie de crise sanctionnée de solutions durables et efficaces.

Autant le dire d’entrée de jeu, Mohamed Ali Bathily est un bon orateur doublé d’un populiste qui raconte à son auditoire ce qu’il veut entendre. C’est ce qu’il fera face au collectif main propre dans un premier temps puis dans la salle de la bourse du travail de Saint Denis face aux associations de migrants. Un certain nombre d’incohérence ont émaillé cette visite aux allures de meeting à des fins personnelles. Pour un minimum qu’on se donne le temps nécessaire de disséquer les propos du ministre Mohamed Ali Bathily, on décèle des erreurs de débutant dans sa communication. On peut être beau parleur mais on doit faire attention à qui on s’adresse . En effet, Mohamed Ali Bathily s’est dit envoyé par le premier ministre dans un temps puis par le président de la république dans un second temps. Il reconnaît n’avoir pas participé au conseil de cabinet qui traitait le sujet de l’accord de réadmission et du blocus du consulat mais dit avoir été choisi pour remplacer les deux ministres cités dans l’affaire de l’accord de réadmission. Plus d’une fois il est revenu sur le fait que ces deux ministres sont indésirables par le collectif main propre. Il se réjoui de les remplacer et se présente telle l’alternative crédible. Il a beaucoup parler de lui comme s’il venait vendre son image.
Mohamed Ali Bathily accuse le collectif main propre d’avoir refuser son ordre de mission tant qu’il ne met pas fin à ses velléités d’organiser une rencontre avec certaines associations de la région de Kayes.
Nous avons approché le porte parole du collectif main propre Tapa Konté qui nous a livré une version moins glorieuse du ministre. Le collectif n’a jamais refusé de recevoir l’ordre de mission et se dit déçu par cette volonté du ministre Mohamed Ali Bathily de jeter le discrédit sur le mouvement. Mohamed Ali Bathily s’en est pris à l’ambassadeur et à ses collaborateurs. Il s’étonne que ces derniers ne soient pas venus avec lui au consulat. Il accuse l’ambassadeur de n’avoir pas répondu à ses appels, une dizaine et à ses deux sms. La diplomatie malienne appréciera ce lavage de linge sale en public. On peut se demander comment est-ce possible qu’un ministre en mission recommandée du président soit snobé par l’ambassadeur. Comment se fait– il que l’ambassade ne soit pas informé de l’arrivée du ministre pour une mission qui relève de la compétence de l’ambassadeur? Pourquoi un ministre à cheval sur les règles quand il exige des preuves formelles aux interlocuteurs se rend à Paris sans ordre de mission?
Pourquoi mohamed Ali Bathily à accepté de venir à Paris pour traiter un dossier pour lequel le premier ministre l’a informé dans la précipitation sans préparation ? Mohamed Ali Bathily aurait -il un intérêt personnel à venir passer du temps à Paris en discréditant ses collaborateurs et le collectif main propre ?
A-t-il un calendrier personnel qui explique ce besoin de présenter négativement le collectif main propre ? Le fait de conserver le ministre des affaires étrangères Abdoulaye Diop et le ministre des maliens de l’extérieur Abdramane Sylla dans le gouvernement et d’envoyer en mission à leur place un ministre dont le département n’est à aucun moment concerné par le conflit des passeports et de la carte NINA est en soi un fonctionnement anormal de la marque de fabrique malienne.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here