WikiLeaks vise des documents de l’administration Obama

WikiLeaks vise des documents de l’administration Obama
Barack Obama répond parfaitement à un tweet haineux de Donald Trump

Wikileaks a promis mardi une récompense pour tout renseignement fuité de la Maison Blanche avant le départ du président américain Barack Obama, tandis que son fondateur Julian Assange a réaffirmé que la Russie n’était pas à l’origine du scandale des emails de Hillary Clinton.

“Avis aux administrateurs informatiques: ne laissez pas la Maison Blanche détruire à nouveau l’histoire des Etats-Unis! Copiez (les documents) maintenant, et envoyez (les) à WikiLeaks quand vous voulez !”, a annoncé sur Twitter l’organisation spécialisée dans les révélations de documents secrets.”Nous offrons une récompense de 20.000 dollars pour toute information permettant l’arrestation ou la mise à l’index de tout agent de l’administration Obama ayant détruit des dossiers importants”, poursuit le site.

 We are issuing a US$20,000 reward for information leading to the arrest or exposure of any Obama admin agent destroying significant records. pic.twitter.com/kRRP246uGo


Assange dément l’ingérence russe dans la présidentielle
Julian Assange a ensuite accordé une longue interview à la chaîne de télévision américaine Fox à l’ambassade équatorienne de Londres, où il est réfugié depuis juin 2012.Il s’est à nouveau refusé à donner la source qui a transmis à WikiLeaks des documents subtilisés dans les courriers électroniques de John Podesta, chef de campagne de la candidate démocrate Hillary Clinton, dont trois discours de l’ex-secrétaire d’Etat rémunérés par la banque Goldman Sachs mettant en lumière ses liens avec Wall Street.Mme Clinton a accusé le gouvernement russe d’être responsable de ces fuites – un point de vue partagé par l’administration américaine – et a reproché à WikiLeaks d’aider son adversaire républicain, Donald Trump, qui a remporté l’élection présidentielle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here