Conseil national de la Société civile : Bréhima Allaye Touré rempile

Réélu à l’unanimité par une commission d’investiture présidée par Amadou Bocar Téguété, Bréhima Allaye Touré s’est félicité une fois de plus de la confiance placée en sa personne pour présider le Conseil (CNSC)l. Aussitôt investi, il a félicité les délégués pour leur participation de qualité aux assises de la présente assemblée générale. Le nouveau président se dit sensible au cri de cœur lancé par lesparticipants, dans l’intérêt de voir le Conseil joué véritablement son rôle de garde-fou dernière les pouvoirs publics dans la bonne gestion des ressources de l’Etat.
« Le bureau nouvellement mis en place, fera tout pour répondre aux aspirations du CNCS» a-t-il rassuré. Pour cela, il s’attèlera d’abord à faire un diagnostic de l’organisation. Ce qui permettra au Conseil d’avoir un plan d’action, afin de mieux répondre à toutes les préoccupations des citoyens. Mesurant la grandeur de la tâche à accomplir, Bréhima Allaye Touré demande à tous les acteurs des organisations de la Société civile d’apporter leur soutien audit bureau.
Quant au conseil, « il restera ouvert à tout le monde, en cas de besoin d’information et de consultation » a-t-il fait savoir. Ce bureau répondra auprès des pouvoirs publics les aspirations de toute la société civile. Pour Bréhima Allaye Touré, « il fera en sorte que la société civile soit une voix porteuse et quand elle parle, on la respecte » a-t-il précisé. De même, ce nouveau bureau travaillera pour que le Conseil puisse avoir une forte représentation régionale. Sur ce chantier, le président pense que les femmes et les hommes qu’animent ces organisations seront capables de relever ce défi.
Le représentant du ministre en charge de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la réforme de l’Etat ne doute point de l’apport déterminant de la Société civile dans le développement économique du pays. Pour lui, durant ces deux jours, les délégués ayant pris part à ladite Assemblée générale ont fait un diagnostic sans complaisance du fonctionnement de leur organisation, par un examen minutieux du rapport financier du bureau sortant. Ce qui dénote de la maturité dont le CNSC a toujours fait montre.
Au cours de ces assises, les textes régissant ladite organisation ont été revus. Ces assises ont également permis de faire le point des acquis et des faiblesses enregistrés durant le mandat écoulé. « Les conclusions qui ont sanctionné ces travaux, permettront d’engager des nouvelles dynamiques dans l’intérêt de l’organisation. Le département de tutelle restera toujours disponible à l’écoule de la Société civile dans son rôle d’accompagnement des pouvoirs publics » a donné comme garantie en guise de conclusion le chef de cabinet du ministre.
Diakalia M DEMBELE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here