Douane malienne: Et voilà Ali Coulibaly, nouveau DG des douanes du Mali !

Sans grande surprise, c’est Ali Coulibaly qui va continuer les œuvres du DG sortant, Modibo Kane Kéita. La mission semble difficile au regard de sa diversité, mais pas impossible pour qui connait les qualités que regorgent l’intègre Ali Coulibaly, celui-là même qui a gravi, avec une brillance rare, les échelons du milieu.
La venue de cet Inspecteur principal de classe exceptionnelle 3è échelon des douanes, manager des gabelous, n’est pas une surprise pour bon nombre de personnes ayant suivi le parcours de l’homme. Bosseur, courtois et profondément soucieux du rendement, Ali Coulibaly est celui-là qui saura restituer, sans nul doute, à la Douane malienne, ses lettres de noblesse pour le grand bonheur de ses concitoyens, surtout en ces temps où l’économie nationale connait d’énormes difficultés l’empêchant d’amorcer un véritable décollage.
Qui est Ali Coulibaly ?
Né le 10 janvier 1957 à Banfora, il décrocha son Baccalauréat de l’enseignement secondaire, option-sciences biologiques en 1979 au lycée de Badalabougou et ensuite, son diplôme de Maîtrise en sciences économiques à l’Ecole Nationale d’Administration (ex-ENA) avec la mention BIEN en 1984. Après avoir été nommé successivement, Chef de Bureau des Douanes de Tessalit, Chef de Bureau des Douanes de Diboly après lequel, celui de Kita et ensuite Zégoua, respectivement en 1986, 1987, 1988 et 1989, il devient en 1991, le Chef de la Section des Frontières à la Sous-direction des Enquêtes Douanières de la Direction Générale des Douanes du Mali, puis Chef de la Division des Relations Internationales à la Direction Générale des Douanes en 1996. Après avoir occupé les postes ci-dessus cités où de grandes œuvres furent accomplies, Ali Coulibaly fut successivement nommé, Directeur Régional des Douanes de Sikasso, Chef de Département Chargé des Questions Commerciales Douanières et fiscales auprès du Délégué Général – Primature, Ministère de l’Intégration Africaine, Chef du Programme de Développement Informatique de la Direction Générale des Douanes du Mali, Chef de Bureau du Guichet Unique pour le Dédouanement des Véhicules dans la Région de Koulikoro et le District de Bamako, Chef de Bureau des Exonérations Douanières et des Maliens de l’Extérieur, Sous-directeur des Recettes et Etudes de la Direction Générale des Douanes, respectivement en 1999, 2000, 2003, 2006, 2008 et 2009. C’est ainsi qu’en 2011, il sera nommé Directeur Adjoint des Douanes puis aujourd’hui, Directeur Général des Douanes du Mali. Au vu d’un parcours digne de louange, il est indéniable que l’homme est à mis à un poste où l’on ne devrait s’attendre, en principe, qu’à la mise en œuvre de mécanismes nécessaires à l’instauration d’un système de fiscalité douanière beaucoup mieux profitable à notre économie actuellement en proie à de multiples handicaps faisant entorse à sa réelle ascension.
Par ailleurs, parmi les innombrables travaux réalisés au cours du riche parcours de ce chevronné de la Douane malienne, l’on peut, sans risque de se tromper, citer l’élaboration d’un plan national de lutte contre la fraude, la formation d’agents aux différentes techniques de lutte contre la fraude douanière ; il suscita, en tant que Chef de Division des Relations Internationales, de nouveaux Accords et Conventions entre le Mali et d’autres partenaires au niveau bilatéral et multilatéral, forma et sensibilisa les opérateurs économiques maliens sur les opportunités qu’offrent les schémas de l’UEMOA et la CEDEAO. L’on peut également mentionner la mise en place d’une structure regroupant sur le même site, l’ensemble des services intervenant dans la procédure de dédouanement et immatriculation des véhicules, la recherche auprès des partenaires techniques et financiers, les ressources nécessaires à la réalisation du PDI (Programme de Développement Informatique) en vue de moderniser le système de gestion des données douanières etc.
Le nouveau Directeur Général de la Douane malienne incarne ainsi un ’’dinosaure’’ du secteur en raison sa compétence étendue, son sens élevé de la responsabilité aussi bien que son grand attachement aux valeurs civiques. Sa nomination permettra donc, sans l’ombre d’un doute, d’assurer un assainissement efficient du secteur des douanes en vue d’un meilleur accroissement des recettes fiscales.
D.Kéita

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here