Sommet France Afrique, Bamako 2017 : Hôtes du Mali, AW BISSIMILA en terre africaine du Mali !

La nation toute entière est heureuse d’accueillir, cette semaine, le Sommet France-Afrique à Bamako. Le 27ème sommet Afrique-France que notre pays va abriter pour deux jours à partir de ce vendredi va constituer pour notre pays et pour l’Afrique tout entière, un jalon majeur dans la marche vers la réalisation des objectifs de « partenariat, de paix et de l’émergence », des objectifs en phase avec l’actualité de notre pays.

L’enjeu du sommet est donc de taille pour le Mali. Comme l’a souligné le Président de la République, Ibrahim Boubacar Keita à l’occasion de son message du du Nouvel An, «Nous avons une immense dette de gratitude envers nos hôtes ». Il est attendu à ce sommet, plus d’une trentaine de Chefs d’Etats et de gouvernements africains et près de 3000 participants de différentes délégations françaises et africaines. Pour la réussite donc de ce Sommet, l’on ne doute point de l’esprit d’hospitalité légendaire du Peuple malien envers les hôtes et sa capacité à assumer les grands défis en matière d’organisation. Toutes les dispositions sont prises pour la bonne tenue de ce sommet et aucun sacrifice n’est de trop pour rehausser l’évènement. Plus de 10 000 agents qui sont mobilisés pour assurer la sécurité des hôtes. Les dispositifs de la police et de la gendarmerie ont été renforcés par les FAMAs et les forces françaises.

L’affaire de tous les maliens : Depuis l’annonce de l’organisation du sommet par notre pays, le schéma et le planning d’organisation défini par le Président I.B.K et son gouvernement a été un succès. En effet, c’est tout le Mali qui est mobilisé et prêt, derrière son Président Ibrahim Boubacar Keita pour accueillir les hôtes. Et nul n’ignore l’enjeu et l’importance que représente ce sommet pour notre pays. La tenue de ce Sommet Afrique-France dans notre pays est d’abord une marque de confiance, un message fort pour marquer toute la confiance du président Hollande et des chefs d’Etats africains au leadership du président IBK et aux capacités d’organisation du peuple malien. Ce choix du Mali honore toutes les filles et tous les fils qui réserveront un accueil chaleureux aux hôtes à la dimension de l’évènement.

D’importants investissements: Depuis des mois, les plus hautes autorités maliennes, à travers le Comité d’organisation, n’ont ménagé aucun effort pour atteindre des résultats probants. C’est dans ce contexte que les défis dans les secteurs de l’équipement et transport, la sécurité, l’hôtellerie, l’assainissement sont tous relevés à la dimension de l’évènement avec la plus grande diligence et de la coordination du Comité d’organisation du Sommet Afrique-France (CNOSAF) et les départements sectoriels. En termes d’infrastructures, nous bénéficions désormais d’une commodité aéroportuaire grâce à un important investissement pour un coût total de 18,2 milliards de F CFA, financés par le Fonds koweïtien pour le développement économique arabe (49,3 %), le Fonds de l’OPEP (26,3 %), la Banque islamique de développement (10,8 %) et l’État malien (13,6 %). Passant de 2 700 m à 3 180 m, la piste peut désormais recevoir de gros-porteurs de type A 380.

S’agissant de l’hôtellerie, Bamako a vu son cadre hôtelier étendu à la faveur de ce sommet. Pour la circonstance l’Hôtel Laico-Amitié a dû être totalement libéré de sa posture de QG de la Minusma et rénové. Le groupe Azalaï Hôtels qui compte d’importants établissements hôteliers dans le centre de Bamako a apporté des rénovations et d’extension, notamment à l’Hôtel Azalaï Salam. L’Hôtel Radisson Blu n’est pas resté en marge. Il a réformé son système de sécurité et procédé à l’installation de nouveaux scanners de sécurité.

Par ailleurs, le gouvernement a conclu une convention de maîtrise d’ouvrage avec l’Agence de cessions immobilières (ACI) pour la construction de 14 villas modulaires de haut standing pour un coût total de 3,8 milliards de F CFA, dotées d’un système de vidéosurveillance dans la zone de l’ex-base aérienne B (ouest de Bamako).

Pour gagner le pari de l’organisation, le comité d’organisation a bénéficié d’un soutien inclusif. Avant le Jour J, plusieurs rencontres ont mobilisé les sensibilités nationales. On peut retenir, entre autres, les fora thématiques des femmes et de jeunes dans les domaines variés qui ont eu lieu et qui constitueront, le levain intellectuel et scientifique de la stratégie nationale de mobilisation sociale pour le Sommet. L’implication des leaders religieux et de la classe politique n’a pas aussi fait défaut.

Daniel KOURIBA

Sommet Afrique-France : Les première Dames engagées à jouer leur partition

Bamako sera l’occasion pour Madame Keita Aminata Maiga et ses sœurs Premières Dames d’Afrique de faire avancer un certain nombre d’actions qu’elles supportent dans leurs pays respectifs

En marge du 27ième Sommet Afrique France que notre pays organise les 13 et 14 janvier 2017, les première Dames entendent jouer toute leur partition dans l’atteinte des objectifs de l’Afrique. En effet, une session des Premières Dames se tiendra le 14 janvier à l’hôtel Salam avec pour thème : « Santé de la reproduction des adolescents et des jeunes: Les pratiques traditionnelles et culturelles positives au service de la promotion de la santé de la reproduction». C’est un panel des premières dames pour partager l’expérience spécifique de leurs pays et adopter un engagement afin de promouvoir les pratiques traditionnelles positives pour la promotion de la santé de la reproduction.

Cette session des Premières Dames vise à contribuer à l’amélioration de la santé de reproduction des populations en général et des femmes en particulier. Elle permettra d’identifier les meilleures pratiques traditionnelles et culturelles, afin d’améliorer la SR et l’accès aux services ; de déterminer les impacts positifs réels ou potentiels des meilleures pratiques traditionnelles et culturelles en matière de SR ; d’établir la possibilité de leur extension/diffusion tant au niveau national que transnational ; de recenser les contraintes des différentes pratiques, entre autres.

Cette session sera sanctionnée par la validation d’une Feuille de route et d’engagement des Premières Dames pour la santé de la reproduction des adolescents et des jeunes.

Rappelons que la problématique de la santé est au centre du développement humain durable et constitue un élément essentiel de toute politique de développement. Le sommet de Bamako est une occasion est une opportunité pour Madame Keita Aminata Maiga et ses sœurs Premières Dames d’Afrique de faire avancer un certain nombre d’actions qu’elles supportent dans leurs pays respectifs. En effet, les premières dames dans la plupart des pays sont engagées à travers des fondations ou des ONG dans divers domaines pour appuyer les programmes contribuant au bien-être des populations dans les domaines de la santé, la promotion du genre, l’environnement, la jeunesse et l’enfance, les actions humanitaires, etc.

La session des Premières Dames sera un atout de plus dans la vision du Sommet Afrique France, puisque convaincues qu’en conjuguant leurs efforts, elles parviendront à faire bouger les lignes et contribuer à l’atteinte des objectifs du développement durable.

Daniel KOURIBA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here