Afrique-France : les « Sans Papiers » exigent « un autre type de coopération »

Afrique-France : les « Sans Papiers » exigent « un autre type de coopération »
Un groupe thématique au contre sommet Afrique France

A 3 jours du 27ème sommet Afrique-France, un contre sommet a débuté ce mardi à Bamako. Il est organisé par le Coalition internationale des « Sans Papiers » maliens en France. Des délégations venues de la sous- région, d’Europe et des États-Unis mais aussi de l’intérieur du pays vont participer à cette rencontre. Objectif : demander une autre forme de coopération entre les États africains et la France. Au même moment, le député français François Loncle regrette la gestion de Kidal par son pays. Il estime que Kidal n’est pas encore « suffisamment stable et suffisamment bien gérée ».

Depuis le premier sommet Afrique-France organisé en 1973, les thèmes sont restés les mêmes selon les organisateurs de ce contre sommet. Pour eux pendant 43 ans ces rencontres n’ont rien apporté aux états africains. Ils estiment que seule la France tire bénéfice de sa coopération avec l’Afrique.
Pour le collectif des « sans papiers », il est temps de revoir le contenu des sommets Afrique-France en incluant des sujets qui prennent en compte les préoccupations des peuples du continent. Au cours de la rencontre de cinq jours qu’ils organisent, les participants vont aborder les questions de l’insécurité, de l’accaparement des terres mais aussi des accords sur la migration conclus entre l’Afrique et l’Union européenne lors du sommet de Malte.
Ils dénoncent ces accords et demandent à la France et à l’ Union Européenne de revoir leurs engagements qui prévoient l’expulsion des migrants en situation irrégulière.
Pendant cinq jours des ateliers seront organisés sur ces thèmes dont les synthèses seront présentées aux dirigeants africains et français qui seront réunis à partir de ce vendredi à Bamako.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here