Gao : Barkhane intercepte un véhicule transportant des armes…

Les forces internationales qui veillent sur la préservation de la paix sur le terrain, sont vigilantes et surveillent le moindre mouvement d’armes (non signalées). C’est ce qui a conduit, la semaine dernière, les soldats de Barkhane à prendre en chasse un véhicule 4×4 en pleine ville de Gao. A bord de quelques blindés, les Françaises poursuivaient le véhicule suspect qui semblait éviter la grande voie pour les ruelles.

Les soldats français avaient soupçonné le véhicule en question de transporter des armes de guerre, sans savoir leur destination. Sommés de se soumettre à un contrôle, les occupants du véhicule voulaient passer outre. Cela donna lieu à une véritable course-poursuite entre les forces Barkhane et le véhicule suspect. Il était environ 9h, quand la Pick-up amorça un virage prenant la direction du quartier Gadey, vers la sortie de la ville, en direction de Bourem.

Mais les blindés de Barkhane les obligèrent à s’immobiliser. Interloquées, les populations du quartier, étaient sorties massivement observer la scène qui n’avait rien à envier à un film Hollywoodien. Les armes pointées sur le véhicule, les soldats français ont invité les occupants à s’identifier et à se soumettre à une fouille de leur véhicule. Les occupants levèrent tous les mains et les français ont passé à une fouille qui n’a épargné aucun coin et recoin du véhicule.

Les soupçons des soldats français étaient fondés. Le véhicule transportait effectivement une importante quantité d’armes de guerre de différents calibres. Après interrogation, il s’est avéré que les armes en question et le véhicule appartenaient à un des groupes armés signataire de l’accord. Après en avoir dressé un rapport, les soldats français ont laissé le véhicule ; ils n’ont pas non plus senti le besoin de saisir les armes.

En cette période marquée par l’approche du cantonnement des ex-combattants, les mouvements armés se préparent. En effet, pour être admis sur la liste des cantonnés, il est demandé à chaque combattant de se présenter avec son arme. Dans cette perspective, certains mouvements (signataires de l’accord de paix) tentent de mettre une arme à la disposition de chacun des combattants figurant sur leurs listes. Cette situation est à la base d’une circulation d’armes de guerre dans tout le nord, y compris à l’intérieur même des villes.

Sékou Keïta

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here