Sommet Afrique France : La mendicité interdite sur les espaces et voies publics à Bamako

En prélude au sommet Afrique France, l’interdiction de la mendicité sur la voie publique au Mali prend corps après plusieurs années d’inaction. L’information a été donnée, ce jeudi 12 janvier 2017, lors d’un point de presse.
Ce point de presse animé principalement par le Président de la COMADE en compagnie de Bamoussa Touré, Président de la Coordination des chefs de quartiers de Bamako visait à informer les hommes de médias des mesures prises par les autorités dans la lutte contre la mendicité sur les espaces et voies publics. Il s’agissait aussi de dévoiler aux journalistes les dispositions à prendre pour convertir cette couche sociale à d’autres activités génératrices de revenus.
Aujourd’hui on dénombre environ 500 mères de jumeaux à Bamako, dont près de 300 mendiants sur les espaces et voies publics. Des mesures de lutte contre la mendicité sur les voies publiques ont été prises par le ministère de la Solidarité, de l’Action humanitaire en parfaite intelligence avec la COMADE. Elles portent, entres autres, sur la formation professionnelle des mères, l’encadrement des mères formées, leur équipement en moyens de travail, l’appui des maitres coraniques au plan de l’abri, de l’encadrement pédagogique, de l’alimentation.
L’organisation du sommet Afrique France est une occasion pour la COMADE et le département de la solidarité de renforcer leur position afin de prendre ces mesures à la lettre. Il n’est plus question de voir ces mendiants, des mamans des jumeaux se faufiler sur la voie publique même après le sommet Afrique-France. Selon Amadou Diadié Tékété, Président de la COMADE, cette mesure va continuer après le sommet jusqu’au stade de la répression contre tout mendiant qui fait s’entête de quémander sur la voie publique. Le président de la COMADE nuance en précisant que les mendiants sont désormais invités à quémander que dans les quartiers, de maison en maison c'est-à-dire la forme traditionnelle de la mendicité qui est d’ailleurs conforme à nos valeurs de solidarité.
Par contre le président de la COMADE est catégorique à partir de maintenant tout mendiant qui sera pris sur les voies et places publiques sera considéré comme refusant de respecter cette consigne et s’exposera à des sanctions. Au niveau du département de la solidarité représenté à cette conférence par Garibou Perou, chargé de communication, il explique que leur volonté est le respect des droits fondamentaux des enfants qui sont entre autres l’éducation, la santé etc. « Tous les enfants ont droit à l’école, afin de devenir des futurs cadres », a déclaré Garibou Perou. Selon lui, la rue doit remplacer par l’école ou centre de formation pour leur devenir radieux.
Pour sa part, Mme Kouyaté Fanta Kamissoko, directrice nationale du développement social, a rassuré la COMADE, les leaders religieux, les maîtres coraniques de l’accompagnement de son département
Bourama Camara

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here