Le roi du basin Modibo Gamby pourra-t-il échapper à la justice ? Interpelé comme principal suspect suite à la mort de son fils, le richissime homme d’affaires se cache derrière une “raison de santé”

La mort brutale de Fodé Gamby, fils du roi du basin, Modibo Gamby, aurait surpris plus d’un au quartier Korofina en commune I du district de Bamako. Cependant, il a été établi que l’intéressé a reçu plusieurs coups dans le domicile familial, avant de succomber des suites de ses blessures. Son père, Modibo Gamby, présenté comme le principal suspect de cet homicide chercherait, selon nos sources, à se dérober de l’enquête.
Modibo Gamby, faut-il le préciser, est le représentant du basin Ginzner au Mali, mais c’est surtout le “basin Vainqueur” qui lui a donné sa notoriété. Selon nos recoupements, en ce jour du 4 janvier 2017, fatidique pour la famille Gamby, le jeune Fodé âgé à peine 22 ans rentre en famille à 6 heures du matin, puant l’alcool à mille lieux, après une nuit bien arrosée. ” Et son malheur fut le moment de croiser son père dans la cour de la concession. Alors Modibo, le père, probablement avec l’aide de son petit frère, ont coincé le petit dans la chambre pour lui administrer une correction, notamment en le rouant de coups. C’est après cette bastonnade de la part de son père que le gosse a été conduit à la clinique, mais il avait déjà perdu la vie”, nous raconte une source familiale qui a voulu garder l’anonymat.
D’après les mêmes sources, le médecin qui s’est occupé du jeune homme, en bon professionnel, sachant que cette mort n’était pas naturelle, “a pris ses responsabilités pour exiger une autopsie” car des traces de coups étaient visibles non seulement sur la tête du défunt, mais aussi sur plusieurs parties du corps.
L’autopsie effectuée le vendredi dernier a confirmé que Fodé Gamby est victime de plusieurs coups à la tête et a même eu deux côtes cassées.
Dissimuler l’acte macabre
Après que le jeune homme a rendu l’âme, l’heure des responsabilités a sonné. C’est ainsi que certains membres de cette famille, assure notre source, ont tenté de faire présenter le décès de Fodé comme une mort naturelle.
“A ce sujet, la première hypothèse qu’une partie de la famille voulait faire croire à l’opinion, c’était d’organiser une mise en scène comme s’il avait rendu l’âme au Maroc et que son corps devait être transféré à Bamako. Ce scenario était très flagrant car il était avec des amis quelques heures seulement avant le drame” rapporte une autre source. Et une autre hypothèse effleurée, comme il portait les traces de blessures, c’était de le faire présenter comme une des victimes de l’accident tragique du Car de la société de transport Sonef au cours duquel une dizaine de personnes ont perdu la vie.
Cette mise en scène ne pouvait pas marcher également car le jeune Fodé ne figurait nullement sur la liste des passagers de cette compagnie. Et en plus, il était avec des gens la veille de sa mort. Ce scenario non plus ne tenait pas debout. Difficile donc de dissimuler les causes du drame.
Ainsi, il nous revient que l’affaire ayant été ébruitée, les limiers du sixième arrondissement ont procédé à l’interpellation du père du défunt, Modibo Gamby, aussitôt après la fin de l’enterrement dans la journée du samedi, pour en savoir davantage. Et ce jour-là, le commissariat du 6e arrondissement ressemblait à une forteresse. Et pour cause: toutes les entrées étaient bouclées pour, semble t-il, éviter toute influence des proches du Roi du basin, Modibo Gamby.
Cependant, cette interpellation n’a pas servi pour le moment à grand-chose dans la mesure où l’intéressé qui était assisté de son avocat, Me Magatte Sèye, a joué au mourant et a été même été transféré du commissariat vers une clinique de la place. Ses défendeurs ne se privent de le présenter comme quelqu’un qui a une santé fragile. On va jusqu’à le décrire comme diabétique, asthmatique, cardiaque…..
La question que certains pochent de ce dossier ne cessent de se poser, c’est de savoir jusqu’à quand Modibo Gamby va-t-il continuer à retarder son interrogatoire ? Même s’il est toujours à ce stade considéré comme le principal suspect dans la mort de son fils, il bénéficie encore de la présomption d’innocence et devrait coopérer avec la police et la justice afin que toute la lumière soit faite sur les circonstances du décès brutal de Fodé.
Il s’agit, en l’état actuel des choses, de savoir qui a tué volontairement ou involontairement Fodé Gamby ? Qui sont les complices éventuels de ce drame ? Des questions qui méritent fortement des réponses rapides. Une chose est sûre, Dieu est grand, mais Modibo Gamby n’est pas petit car son interpellation éclaire le samedi dernier, nous dit-on, a mis toute la République sur les pieds et chacun voulait lui exprimer sa sympathie et sa force d’influence dans l’administration policière et celle judiciaire du pays.
Un homme craint
En tout cas, s’il y a une chose sur laquelle tout le monde s’accorde dans la famille Gamby, c’est que Modibo est craint par tous. “A chaque fois qu’il rentre chez lui, tous les membres de la famille se terrent chacun dans son coin. Tout le monde a peur de lui à la maison”. Une femme en pleurs, proche de la famille, d’enfoncer le clou en ces termes: “Modibo terrorise toute sa famille et ce n’est pas la première fois qu’il le bastonne. Ce pauvre garçon a souffert des bastonnades de son père“. Les prochains jours nous édifieront davantage.
Affaire à suivre
Kassoum THERA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here