Evaluation à mi-parcours du projet de modernisation et de professionnalisation de l’enseignement supérieur au Mali (NICHE –MLI 215)

Le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique a organisé du 17 au 19 janvier 2017 à l’Hôtel Onomo un atelier de restitution, des résultats à mi-parcours du projet NICHE, qui a regroupé les acteurs de l’enseignement supérieur malien. Durant trois jours, les participants à cet atelier ont passé au peigne fin les impacts du projet et analysé les difficultés dans sa mise en œuvre en vue de bien coordonner pour les deux années qui restent du projet. Ainsi, au terme des travaux et pour une bonne mise en œuvre du projet, les participants recommandent aux recteurs d’intégrer les plans d’action genre dans les stratégies des institutions d’enseignement supérieur, de designer le chef de file interuniversitaire sur le genre et de choisir dans les meilleurs délais le type d’incubateur à mettre en place. Au Cabinet ISA-Conseils, il est recommandé de revoir le calendrier de rencontres pour un meilleur respect des délais, d’approfondir les études en vue de faire des propositions sur les questions qui attendent des réponses comme le paiement des heures supplémentaires, la rémunération des œuvres scientifiques des professeurs et la gestion de la clé de répartition entre les différentes structures. Faut-il le noter, débuté en septembre 2014 pour accompagner la réforme dans l’enseignement supérieur, le projet NICHE, cofinancé par la Banque mondiale, le Royaume des Pays-Bas et la Coopération française, entre dans le cadre de la réforme structurelle du système de l’enseignement supérieur au Mali. La composante essentielle de ce projet est axée sur l’amélioration de la gouvernance avec une autonomie des universités et des grandes écoles. Selon les responsables du projet, l’inscription en ligne, la gestion rationnelle des universités et des fonds utilisés pour le payement des trousseaux et bourses font partis aujourd’hui des impacts de ce projet.

Lancement du Projet pour le Travail et l’emploi des jeunes africains (PROTEJA) en vue du financement de 40 jeunes des localités de Kita et Mopti

L’ONG ENGIM internationale a lancé en partenariat avec le centre CREATEAM le Projet pour le Travail et l’emploi des jeunes africains (PROTEJA). C’était le jeudi 19 janvier 2017 au siège de CREATEAM au cours d’une conférence de presse animée par les responsables des deux entreprises. Il s’agit de Madame Erica Minnetti pour ENGIN et de M. Souleymane Dravé pour CREATEAM. A travers ce projet, l’ONG ENGIN internationale veut soutenir l’entreprenariat jeune au Mali par le financement de 40 projets dans les localités de Kita et de Mopti, qu’elle sélectionnera et accompagnera financièrement. Selon les responsables du projet, son coût total s’élève à environ 60 millions de F CFA, soit 30 millions par localité. Selon Madame Erica Minnetti, PROJETA fait partie des projets d’urgence de l’agence italienne pour la coopération au développement (AICS) basée à Dakar et qui intervient dans deux pays que sont le Mali et la Guinée Bissau. Dénommé Projet pour le travail et l’emploi des jeunes Africains “PROTEJA”, il vise à réduire l’exclusion sociale et économique des jeunes femmes et hommes à travers la promotion de l’emploi et de l’entreprenariat. Dans sa mise en œuvre, le projet sélectionnera 40 entreprises de jeunes, soit 20 à Kita et 20 à Mopti pour les octroyer une aide financière et un appui technique. Au Mali, le projet sera exécuté avec la collaboration technique de “Createam” qui est un incubateur d’entreprises. Il interviendra entre autres dans plusieurs domaines d’activités comme l’agriculture, l’élevage, le bâtiment, le commerce général et les services. «Cependant, les projets des déplacés à Mopti et les groupements de femmes seront privilégiés » a expliqué Madame Erica Minnetti.

9 MEMBRES DU PERSONNEL DE LA COUR SUPREME ONT FAIT VALOIR LEUR DROIT A LA RETRAITE

Il s’agit de : Cheick Traoré, Bô Keita, Seydou Diop, Demba N’Diaye, Etienne Kenne, Fatoumata Nientao, Lallé Meriem Zouboye, Ousmane Tall et Mamadou Tidiane Dembélé. Mamadou Ouattara était la dixième personne mais il n’est plus parmi nous. La retraite a commencé à partir du 1er janvier 2017. La célébration de la cérémonie d’admission à la retraite a eu lieu, le jeudi 19 janvier 2017 dans la cour de la cour suprême, en présence de Nouhoum Tapily, président de la cour suprême ainsi que plusieurs autres personnalités de l’institution. Tous les partants à la retraite étaient présents à l’exception de M. Seydou Diop. Les parents, amis, camarades, et collaborateurs étaient tous là pour témoigner de la sympathie de ses partants à la retraite. Après une brève présentation sur le parcours professionnel de chacun de ses partants à la retraite, le président de la cour suprême, Nouhoum Tapily a salué les dignes et loyaux services qu’ils ont rendus à la nation et a réitéré le soutien total de son institution et de l’ensemble du personnel aux retraités. La cérémonie a pris fin par la remise d’une enveloppe symbolique à chacun de ses retraités.

Les partis de la Majorité et de l’Opposition et des responsables de la Société Civile mains dans la main pour un rassemblement citoyen de recueillement contre le terrorisme, pour la paix et la stabilité au Mali

Pour marquer leur indignation et leur ferme condamnation suite au carnage de Gao du 18 janvier 2017 et exprimer leur solidarité avec toutes les victimes de la crise et les FAMA, les partis politiques de la Majorité, de l’Opposition et des responsables de la Société Civile se sont donnés les mains pour un rassemblement citoyen de recueillement contre le terrorisme, pour la paix et la stabilité au Mali. C’était le samedi 21 janvier 2017 au Monument de la Paix. Quelques interventions ont marqué ce rassemblement. «Si nous sommes tous ici rassemblés, de toutes origines, de toutes catégories, de tous bords politiques, de toutes confessions religieuses, femmes, jeunes et vieux, société civile, classe politique, maliens et étrangers, c’est parce que nous sommes indignés et ne pouvons contenir notre commune colère » a déclaré l’honorable Soumaïla Cissé au nom de l’Opposition républicaine et démocratique. Aussi, au nom des partis de la Majorité, le Pr. Younouss Hamèye Dicko a, après avoir condamné l’attaque barbare de Gao, invité les Maliens à l’union sacrée pour dire NON au terrorisme. Ont répondu présents à ce grand rassemblement citoyen, des responsables des partis de la Majorité comme le Dr Bokary Tréta, le Pr. Younouss Hamèye Dicko, Soumeylou Boubèye Maïga, Me Mountaga Tall, le Pr. Tiémoko Sangaré, Moussa Mara. Du côté de l’Opposition on notait entre autres la présence de Soumaïla Cissé, Tiébilé Dramé, Modibo Sidibé et autres. Comme pour dire qu’ «ensemble, nous sommes un Peuple».

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here