Zone aéroportuaire : Les spéculateurs fonciers profanent la tombe de Bakary Traoré, ancien ministre de l’Education nationale

L’ancien ministre de l’Education nationale, Bakary Traoré, assassiné par les manifestants lors des événements de mars 1991 qui ont abouti à la chute du régime de Moussa Traoré, le 26 mars 1991, a été enterré par sa famille à l’égard des yeux indiscrets dans son verger à Sénou. La mort de ce grand mathématicien, effacé, humble, sobre malgré son bagage intellectuel contrairement à beaucoup de nos élites d’aujourd’hui qui en font d’ailleurs un fonds de commerce, a été choc pour tout le peuple malien même ceux qui l’ont tué.
La course effrénée à l’argent facile vient de perturber son repos éternel. En effet, les spéculateurs fonciers ont mis le grappin sur son verger dans lequel il reposait. Il a été morcelé et vendu par des gens sans foi ni loi qui ont fait de la zone aéroportuaire leur chasse gardée.
Des maisons et des soubassements poussent sur la tombe de ce grand homme qui a mis son savoir au service de l’école malienne. Si feu Bakary Traoré n’a pas été réhabilité à la dimension de son statut, (une salle minuscule dans la cour du ministère de l’Education nationale qui porte son nom ne saurait le réhabiliter), sa tombe ne mérite passe un tel sort pour ceux qui se rappellent de la manière odieuse dont il a été assassiné. Il était parmi les premiers quatre maliens qui ont soutenu une thèse.
Quand un Etat est faible, les gens vont tout qu’ils veulent. Comment comprendre qu’un espace déclaré zone aéroportuaire, des gens sans scrupule se lèvent un beau matin et procèdent au morcellement et à la vente cette zone au vu et au su des autorités chargées de préserver cet espace pour la sécurité de l’aéroport et de la population.
On se rappelle que l’actuel président de la République IBK a démoli les maisons des gens par la manière forte pour sauver la zone aéroportuaire de la spéculation foncière.
Aujourd’hui, s’il n’est pas complique de cette nouvelle race de spéculateurs fonciers en tant que premier garant des intérêts de l’Etat malien, il doit agir avant qu’il ne soit trop tard ou engager l’Etat à payer de ses caisses maigres des dommages à des gens qui savent pertinent que là où ils ont bâti leur maison est un domaine public.
Brin COULIBALY

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here