2è congrès de l’UM RDA : Bocar Moussa Diarra s’en va !

40

Les assisses du Parti de l’Indépendance se sont ouvertes et se poursuivront pendant la journée d’aujourd’hui au Stade du 26 Mars à Yirimadjo où elles ont été marquées par le bilan du président sortant, Moussa Bocar Diarra, qui a tiré en même temps sa révérence

Tous les caciques du parti (ou presque) ont répondu à l’appel pour un congrès tant attendu et moult fois ajourné. O, dénombre entre autres les députés Belko Bah et Haïdara Aissata cissé dite Chato, la ministre Raky Talla ou encore le président des jeunes Bougouri Diarra. Dans son allocution d’ouverture, Bocar Moussa Diarra a fait un bilan avec des relents évidents d’adieu au sommet du parti qu’il dirige depuis 2011. Rappelant que les circonstances du dernier congrès, l’ex ministre de la Fonction publique a insisté sur les péripéties ayant jalonné sa présidence, allusion faite notamment à la crise sécuritaire, institutionnelle et politique qui perdure depuis 2012. Il a même indiqué avoir l’impression que le Mali est en crise permanente avant de préveni que la situation n’est pas affaire du seul gouvernement ou de l’Assemblée nationale.

Si le pays en est arrivé là, c’est à cause de la mal gouvernance, la division politique  ou la fuite en avant, autant d’errements qui l’ont conduit dans le gouffre, estime. Et d’admettre au passage que les résultats d’IBK sont en deçà des attentes malgré l’avènement de l’Accord d’Alger. Déplorant l’ineffectivité de la souveraineté de l’Etat sur l’ensemble du territoire national, Moussa Bocar Diarra a fustigé l’armée qui n’est que «l’ombre d’elle-même», à ses yeux. L’ouverture des assises a été également l’occasion de passer au peigne fin la situation économique par l’ancien ministre d’IBK, lequel déplore une pénurie des investissements étrangers depuis l’éclatement de la crise.

Le président sortant de l’UM RDA reconnait néanmoins la difficulté de gouverner avec la rigueur qu’il faut dans pareil contexte et que la 3ème République a été minée par les obstacles multiples. Réaffirmant l’appartenance du parti à la majorité, il a aussi déploré l’éclosion des partis politiques dont le nombre frôle les deux centaines, avant de relever une décentralisation «mal conçue et mal appliquée».

Bocar Moussa Diarra a rappelé par la même occasion que l’UM RDA incarne des valeurs sur lesquelles il faut se baser. Il en veut pour preuve la célébration du centenaire du père de l’Indépendance Modibo Keita, fondateur du parti qui s’appelait à l’origine US RDA. Une école de l’UM RDA est la mieux indiquée pour appréhender le Mali, a laissé entendre le président dans un discours aux relents d’adieu et dont il a profité pour faire un appel du pied aux anciens compagnons pour reconstituer la grande famille du RDA.

Le 2ème congrès ordinaire a en effet accusé la présence de nombreux partis amis parmi lesquels le PIDS de Daba Diawara, un autre héritier de feu Modibo Keita.

 

(((encadré)))

CONGRES des femmes de l’UM RDA : Chato a décliné l’offre !

Aissata Haidara Cissé est un nom qu’on ne présente plus quand on dit son surnom connu de tous : CHATO. Ancienne candidate à la présidentielle de  2013, elle a rallié l’UM RDA en Septembre 2015. Dans la foulée du congrès organisé hier matin, l’honorable Chato s’est exprimée dans nos colonnes.

L’élue de Bourem désormais membre du RDA était sous les projecteurs durant le 2ème congrès ordinaire de son parti. Elle était fortement pressentie pour être la présidente des femmes du arti de l’Indépendance. Mais, contre toute attente, elle ne briguera pas la dit poste. «J’ai été contactée par toutes les femmes du parti sans voix discordantes pour que je le sois. Mais j’ai humblement décliné car la présidente sortante a beaucoup d’expérience du fait de son ancienneté au parti », a-t-elle confié. Et de rappeler que la concernée a été présidente des jeunes de l’US RDA en son temps et son expérience au sein du parti peut encore servir. Chato compte donc apprendre à ses côtés pour avoir une culture RDA plus approfondie pour penser occuper ce poste dans un avenir proche. Aissata Haidara Cissé a d’ailleurs confié ceci : «je ne suis pas complexée d’apprendre et j’ai demandé à ce qu’elle continue. Elle a encore à promouvoir les valeurs originelles du Mali et je compte aller dans ce sens».

Pour autant Chato reste une des figures importantes de l’UM RDA où elle reste fortement impliquée pour la promotion auprès des nouvelles générations. En attestent ses résultats obtenus durant les communales où le parti du tracteur a fait la différence dans sa localité.

Idrissa KEÏTA


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here