Après le sommet Afrique-France : ce qu’en pensent les Maliens…

Les Chefs d’État et de Gouvernement africains et celui de la France se sont rencontrés à Bamako les 13 et 14 janvier 2017 dans le cadre du 27ème Sommet qui avait pour thème « Pour le partenariat, la paix et l’émergence » Quelques jours après, les Maliens se prononcent.
Ibréhima Sangaré, agent Multicanal :
Mes impressions par rapport au sommet sont assez bonnes. Le nombre pléthorique de chefs d’Etats africains qui se sont réunis à Bamako m’a vraiment rassuré. Je pense que cela consiste un véritable atout pour notre cher pays. Il est important que les uns et les autres sachent que l’Afrique et l’Europe sont condamnées à cheminer ensemble, car c’est l’union qui fait la force. Je tire mon chapeau au ministère de la Sécurité intérieur et celui de la Défense, pour avoir fait preuve de professionnalisme, en déployant les militaires en nombre. Cependant, si cela pouvait être continuel, le taux de banditisme allait être très en régression dans notre pays. Je ne saurai terminer sans dire un grand merci à la commission d’organisation, à EDM SA et l’ORTM qui nous ont facilité la retransmission en direct de cet important sommet
Dognoumé Diarra dit Baini, journaliste :
Pour moi, l’organisation de ce 27ème sommet au Mali a été une très grande réussite. J’ai été stupéfait par la réalisation et la rénovation des infrastructures, tels que les voies publiques et le nouvel aérogare du Mali. Notre pays vient de recevoir une soixantaine de délégation dont 35 chefs d’État, toutes choses qui sont très rares. Même si par ailleurs, je pense qu’au fond, le choix du Mali par le président français pour abriter ce sommet n’était pas fortuit. Puis que, malgré les beaux discours qui disent que le système d’arnaque de l’époque est révolu, moi je pense que, la France trouvera toujours un moyen pour sucer l’Afrique jusqu’à la moelle. Sinon, pourquoi aucun sommet ne s’est jamais penché sur thème du franc CFA. Enfin, il est temps que la France s’en aille de l’Afrique, il est temps de mettre la pression sur les multinationales pour qu’elles changent de système en Afrique…
Yahia Traoré, juriste :
Au fait, je pense que le sommet a montré que le Mali tient encore, malgré la crise multiforme qu’il traverse. Le monde des affaires a besoin de sécurité, le Mali a tenu le sommet sans incident. Cela rassure les investisseurs hésitants. Le Sommet a enregistré la présence de plusieurs chefs d’entreprise, ce qui boostera l’élan économique du Mali. Personnellement, je pense que le Mali a tenu à rendre la monnaie à la France pour son engagement dans la lutte et l’effort de paix au Mali, au- delà des indications faites en haut. En conclusion, le sommet a été positif.
AMADOU KEITA, enseignant à l’école professionnelle de télécommunications (EPT) :
J’ai été déçu de la façon dont les choses se sont déroulées ici à Bamako. Je prends exemple du sommet organisé par l’ex président ATT à son temps, nous avons vu la classe politique se rencontrer avec des jumelages surtout au niveau de la jeunesse. Aussi, nous avons constaté de nettes améliorations sur le plan des infrastructures universitaires et sanitaires. En plus, environs 2 000 emplois ont été créés suite à des partenariats entre des entreprises européennes avec notre pays. Il s’agit notamment de KOUMA ET FRÈRES, le groupe NESTLÉ… Pour tout vous dire, l’économie malienne a connu une forte croissance.
Idrissa KANTAO

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here