Attaque de ‘’l’hôtel Siècle’’ à Niaréla : Bréma Touré dit Bouran, l’un des présumés auteurs dans les filets du commissariat du 1er arrondissement

Ayant pris part à l’attaque de ‘’l’hôtel Siècle’’ sis à Niaréla courant 2016, causant la mort du Sergent de police Daouda Sanogo du 3ème arrondissement, Bréma Touré dit Bouran a été arrêté le 16 janvier dernier à Bagadadji par les éléments de la brigade de recherche du commissariat de police du 1er arrondissement. Conduite par l’Inspecteur de police Robert Diakité, l’opération a été menée avec l’appui de la FORSAT.

La brigade de recherche du commissariat de police du 1er arrondissement dirigée par l’Inspecteur Robert Diakité, a de nouveau réussi un gros coup contre les brigands qui sèment la terreur dans certains milieux. Après de longs mois d’investigation, le jeune Inspecteur Robert Diakité et ses hommes appuyés par les Forces Spéciales Anti-terroristes (FORSAT) ont mis la main, le 16 janvier 2017 à Bagadadji, sur Bréma Touré dit Bouran, un des présumés auteurs de l’attaque de ‘’l’hôtel Siècle’’ sis à Niaréla. Une attaque lors de laquelle, le Sergent de police Amadou Daouda Sanogo a perdu la vie, semant la désolation. Les malfrats avaient aussi emporté la rondelette somme de 3 000 000 FCFA.
Ainsi, interpellé par la police, l’un des présumés auteurs, Bréma Touré a reconnu les faits et révélé les noms de ses cinq complices. Il s’agit de Soumaïla Daou dit Bakara,(tué lors d’une intervention policière à Daoudabougou), Oumar Keïta dit Kaou (déjà mort), Salimou Sanogo dit député en cavale et un autre suspect non encore identifié, présentement incarcéré à la Maison Centrale d’Arrêt de Bamako.
Outre l’attaque de ‘’l’hôtel Siècle’’ à Niarela, d’après les sources policières, ces individus dangereux sont cités dans plusieurs autres cas de cambriolages et de vols à mains armées. Prenant pour cibles les habitations, les hôtels, les établissements financiers, les boutiques, entre autres.
L’enquête reste ouverte pour arrêter l’autre suspect Salimou Sanogo toujours en cavale.
Lassina NIANGALY

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here