Mali: la grève des magistrats continue de paralyser le système judiciaire

65

Depuis le 9 janvier, à l'appel des deux syndicats de la magistrature qui réclament notamment une augmentation de salaires, les magistrats ont cessé le travail. Dans un premier temps pour sept jours avant de déclencher une grève illimitée qui paralyse totalement le système judicaire malien.

A l'entrée du tribunal de la commune V de Bamako, de jeunes Maliens patientent pour chercher des pièces indispensables pour passer des concours : « Chaque fois que je suis venu, ils étaient en grève, déplore l'un d'eux. Je fais le va-et-vient depuis trois semaines ».

A deux pieds de là, au commissariat du IVe arrondissement de Bamako, comme dans les autres commissariats, à cause de la grève, les gardes à vue sont prolongées, faute de suite judiciaire. La grève est également ressentie dans les prisons : pas de jugement, pas de libération de détenus. Le système judiciaire malien est donc paralysé.

L'Etat n'a pas les moyens

« Il s’agit notamment du salaire, rappelle Siaka Sirama Coulibaly, le président du Syndicat libre de la magistrature (Sylima). Il s’agit des primes et indemnités ; puis la relecture de statuts de la magistrature ». Côté gouvernement malien, on rappelle l’incidence des doléances des magistrats sur le budget national : environ 34 milliards de francs CFA par an.

L’Etat n’a pas pour le moment ces moyens, a rappelé le ministre malien de la Justice, qui s’est exprimé dans la presse. Maître Mamadou Ismaël Konaté appelle par ailleurs les grévistes au dialogue.


Source : Africatime

Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here