Les aigles à la CAN GABON 2017 : Du regret à la déception, l’encadrement entièrement responsable

Le regret qui a animé les supporters, les observateurs et certainement les joueurs de n'avoir pas gagné le premier match contre l'Egypte, match qui était à la portée des Aigles du Mali, a laissé la place à la déception contre les Blacks Stars du Ghana. Les frères Ayew et leurs coéquipiers ont tout simplement confirmé leur suprématie sur les Aigles du Mali en match de poule : 3 victoires en 3 matchs de poule (2012, 2013 et 2017).
Qu'est ce qui est arrivé aux Maliens, les onze de départ contre les Ghanéens en cette deuxième journée de la poule D ? La première partie du match fut tellement médiocre qu'on ne dirait que c'était la même équipe qui a joué et dominé contre l'Egypte. Pourtant, à l'exception de Lassana Coulibaly, ils étaient tous là. Nous n'avons vu que les Ghanéens. Les Blacks Stars se sont créés les meilleures occasions, ils auraient pu tuer le match. Ayew et ses coéquipiers ont juste marqué un petit but depuis la 22è mn par le joueur le moins inspiré du groupe, Assamoah Gyan. Un but qui s'est avéré une montagne infranchissable pour les Aigles du Mali. Le volume de jeu des Aigles a certes augmenté en deuxième partie mais après 60 mn de jeu et avec les entrées des jeunes qui découvraient pour la première fois la CAN. Il s'agit de Yves Bissouma, Moussa Doumbia et Kalifa Coulibaly.
Pourtant, depuis la première partie, Bakary Sacko, coupable de quatre pertes de balle et un mauvais centre, et frères Yattabara avaient affiché leur incapacité de création et de créativité. 45 mn de football sans âme, produit sous les yeux de Alain Giresse et Amadou Pathé, aussi incapable d'oser, murés par un choix contestable et contesté par de nombreux observateurs, même les moins avisés.
Giresse et Vieux Diallo vont-ils commencé, le mercredi prochain, avec les mêmes qui ont terminé la partie contre le Ghana ? Ce serait la seule occasion d'avoir raison ou tort. L'infime chance de qualification passerait aussi par là.
SANGARE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here