Récompense du mérite : Tiebilé frappé d’ostracisme

« D’un Sommet Afrique-France à un autre….comparaison n’est pas raison », c’est le titre d’une contribution qui dresse un constat implacable de « l’ostracisme » qui frappe un homme politique malien. Le moment choisi par Djiguiba Kéita dit PPR, n’est pas fortuit, pour mettre à l’épingle l’omission de Tiebilé Dramé dans la reconnaissance des mérites, par les présidents maliens successifs, de Alpha Oumar Konaré à Ibrahim Boubacar Kéita, en passant par Amadou Toumani Touré et Dioncounda Traoré. C’est qu’au lendemain du Sommet Afrique-France 2017 pour le Partenariat, la Paix et l’Emergence, le président de la République Ibrahim Boubacar KEITA a élevé le président de l’organisation du Sommet à la dignité de Commandeur de l’Ordre National du Mali. Le Sommet Afrique-France de décembre 2005, dont l’organisation par le président du Parena, Tiebilé Dramé, avait été une réussite totale, n’avait pas entrainé cet honneur pour son organisateur. Quelle injustice ! « Pendant les dix ans de Konaré, un homme qui connait Tiébilé mieux que quiconque, qui a décoré des vendeurs d’arachide et autres, mais pas le patriote et l’Acteur de la Révolution de Mars ! Sous la Transition Dioncounda: bien que négociateur en chef de l’historique Accord de Ouaga, il est ignoré par Dioncounda qui sait être ingrat, comme tout le monde le sait. Dioncounda a pourtant décoré tout son cabinet, les putschistes, les cireurs de chaussures… Il s’est même payé le luxe – en violation des lois de la République – de faire d’un vulgaire capitaine obscur,  un soudard, auteur du putsch le plus stupide du monde, un Général de corps d’armée ». Qui mieux que PPR, militant de première heure de la démocratie, pouvait mieux décrire cette discrimination d’un régime à un autre ? Là où la récompense du mérite n’est pas érigée en règle d’or, peut-on attendre quelque chose de la sanction de l’incompétence ? C’est le règne de l’incurie et du ridicule. Une contribution à lire !

D’un Sommet Afrique-France à un autre….comparaison n’est pas raison
Au lendemain du Sommet Afrique-France 2017 pour le Partenariat, la Paix et l’Emergence, le président de la République Ibrahim Boubacar KEITA a élevé le président de l’organisation du Sommet à la dignité de Commandeur de l’Ordre National du Mali. Merci Monsieur le Président! Merci pour la grandeur d’âme et le sens de la reconnaissance du mérite : on ne peut commettre un citoyen au service du pays et qui fait à merveille le travail à lui confié,  pour ensuite lui créer des problèmes parce qu’il a réussi sa mission pour le Mali.

Hélas ! Au Sommet Afrique-France de décembre 2005, c’est cela qui s’est produit. Au plus haut sommet de l’Etat, on n’a rien trouvé d’autre que de s’inquiéter du succès de l’organisation du Sommet. Premier contraste : alors que du président de la République au planton, tout le monde a dit, comme cette année, « Bravo! C’est le meilleur Sommet de tous les temps! Chapeau à l’Organisateur en chef, Tiébilé Dramé! », même pas la médaille avec Effigie Abeille! C’est la France magnanime, co-organisatrice du Sommet, qui a reconnu  ce qu’a fait Tiébilé et l’a décoré Officier de la Légion d’Honneur.

L’ostracisme qui frappe Tiébilé en matière de reconnaissance dépasse tout entendement: imaginez qu’à ce jour, cet homme, tout dédié à son pays qu’il est, n’a pas reçu la moindre médaille de reconnaissance ! Hélas, il n’est pas seul !

1.    Sous ATT 1  de la Transition 91-92 : bien que ministre dans le premier gouvernement (ils sont nombreux dans ce cas: lui et d’autres ministres comme feu Sada Diarra, ou des membres du CTSP comme Sidy Camara ou Oumar Mariko), il n’est pas décoré;
2. Pendant les dix ans de Konaré, un homme qui connait Tiébilé mieux que quiconque, qui a décoré des vendeurs d’arachide et autres, mais pas le patriote et l’Acteur de la Révolution de Mars ! Il est vrai que le Président Alpha a réservé  le même sort à des compagnons à lui, qui ont tout donné à leur pays et à leur parti, comme Feus Abacar Sidibé et Nassé Sanagré ;
3. Sous ATT 2, c’est le tripatouillage d’un rapport sur sa gestion du Sommet qui fut sa récompense ;
4. Sous la Transition Dioncounda: bien que négociateur en chef de l’historique Accord de Ouaga, il est ignoré par Dioncounda qui sait être ingrat, comme tout le monde le sait. Dioncounda a pourtant décoré tout son cabinet, les putschistes, les cireurs de chaussures… Il s’est même payé le luxe – en violation des lois de la République – de faire d’un vulgaire capitaine obscur,  un soudard, auteur du putsch le plus stupide du monde, un Général de corps d’armée. Et IBK maintient toujours le Capitaine à son illégitime et indignant grade de Général. Quelle insulte pour notre vaillante armée !!

Mais pour Tiébilé qui a également réussi son Sommet avec brio, le pire est à venir.
Rappel utile: alors que tout le monde a accompagné  Abdallah Coulibaly pour qu’il réussisse son challenge (Ministres sur les chantiers avec engagement et enthousiasme etc!), sous Tiébilé,  c’était le croc –en- jambe partout, des peaux de banane partout, des ministres qui remettaient permanemment en cause ses initiatives novatrices (exemples :deuxième Palais des Congrès,  Case aux Chefs d’État  qu’il  voulait faire construire par la diaspora malienne de chaque pays invité en contrepartie de facilités que le pays accorderait à celle- ci) sans argumentation valable, mais que le président ATT et son puissant SG de la présidence encourageaient. C’était le temps d’un PM, Pinochet, qui, pour un oui ou un non, disait que c’était lui le Chef, comme un vrai Pinochet. On se rappellera que le même Pinochet, alors Ministre de la Jeunesse et des Sports, au lendemain de la CAN 2002, a préféré décorer Chevalier de l’Ordre National un Collectif (une nébuleuse!) pour éviter de décorer le Cadre méritant que tout le monde attendait…C’est minable !

La modernisation de l’Administration doit intégrer la moralisation des conditions d’accès à la reconnaissance du mérite, toute chose qui motivera les travailleurs consciencieux, compétents et intègres. Sinon, il y a tellement de frustrations des cadres dans ce domaine, tant l’arbitraire y règne! C’est ainsi qu’on voit, du jour au lendemain,  des gens venus de nulle part, au parcours inconnu et dont on ne sait même pas ce qu’ils ont fait pour leur pays, devenir qui Chevalier, qui Officier, si ce n’est  Commandeur de l’Ordre National.

Ceux qui craignaient les retombées du succès pour  Tiébilé Dramé, après avoir échoué à faire échouer son Sommet, vont – pour le salir – monter un grossier dossier au niveau du Contrôle Général d’État, instrumentalisé en véritable police politique. La manœuvre?  Noircir le rapport qui a noté que le Sommet s’est bien passé, conformément aux normes en matière de gestion.
Il est d’usage, quand un crime est commis, de poser la question: “à qui profite-t-il? ” Trois hommes avaient intérêt que le succès du Sommet ne projetât Tiébilé au-devant de la scène politique:
1. ATT qui se disait, conseillé en cela par des conseillers incompétents, qui avaient peur de tout ce qui était consistant ” ça peut lui monter à la tête!”,
2. Ousmane Issoufi Maiga dit Pinochet, PM de son état, qui se disait «si le succès est trop éclatant, il peut lorgner vers mon fauteuil»
3. Modibo Sidibé, puissant SG de la présidence, qui se voyait successeur de Pinochet, rêve qui pouvait être brisé, si l’éclat de la réussite du Sommet continuait……
Mon intime conviction est que de ces trois personnalités, au moins une est coupable du montage du rapport tripatrouillé pour salir Dramé, les deux autres sont complices.
Ce qui est dit là n’est pas une vue de l’esprit. En effet :
1/Un journal crédible du pays, (INFOSEPT) traitant des rapports de la CASCA (Cellule d’Appui aux Structures de Contrôle de l’Administration),  -alors dirigée par un contre- marcheur du défunt parti unique- sur  la corruption, écrivait,  en octobre 2016, «La section du rapport de la CASCA la plus controversée concerne la gestion du Sommet France-Afrique de 2005 qui s’est tenu à Bamako. Tiébilé Dramé, ancien ministre des Affaires étrangères et candidat à l’élection présidentielle, était le président du Comité d’organisation. Après le Sommet, le Gouvernement du Mali, la France et d’autres partenaires internationaux ont salué ses efforts.

Grâce à lui, le Sommet fut un succès retentissant. Mais neuf mois plus tard, Dramé fit face à des allégations de détournement de fonds publics. Pour défendre Dramé, le PARENA publia une réfutation point par point très convaincant, montrant que d’autres entités du Gouvernement étaient responsables des dépenses et factures citées par la CASCA.

Dramé et ses partisans firent alors valoir quelques points en guise de réponse.
Selon eux, les allégations ont été concoctées par ATT pour affaiblir un rival potentiel à l’élection présidentielle. Monsieur Dramé publia deux rapports concurrents tous produits par le Contrôle d’Etat et évaluant sa gestion du Sommet. Le premier rapport salua ses efforts. Dans le deuxième rapport, les références à sa bonne gestion furent remplacées par des accusations de fraude et d’actes répréhensibles.

2/Mais plus encore, on peut lire, dans les archives déclassifiées du Département d’Etat américain, révélées grâce à wikileaks « http://wikileaks.org/plusd/cables/07BAMAKO170_a.html
Canonical ID: 07BAMAKO170_a
Subject: INTERNAL CORRUPTION REPORT TARGETS OPPOSITION
CANDIDATE
From: Mali Bamako
To: Economic Community of West African States (ECOWAS),
Secretary of State
Original Classification: CONFIDENTIAL
Current Classification: CONFIDENTIAL
«Selon Terence McCulley, ambassadeur des Etats-Unis au Mali entre 2005 et 2008, les accusations contre Tiébilé Dramé auraient peut-être pu être crédibles si elles venaient du Bureau du Vérificateur Général. Mais elles furent perçues comme un moyen d’entraver la campagne présidentielle d’un rival, et une vengeance pour son refus de supporter la campagne du président.»
Et, en son temps, qu’avait dit le Vérificateur Général sur le sujet ? En 2006-2007, lors d’une conférence publique avec des étudiants de l’ENSUP, il s’était  démarqué de la Casca en disant que le dossier ” Sommet Afrique- France” qui veut incriminer M. Tiébilé Dramé était un “MONTAGE”. Ce montage, un Premier ministre a voulu s’en servir –pour se donner de la cote- en octobre 2014, en  instrumentalisant une certaine presse du Mali “pour faire taire Tiébilé” (qui dénonçait les dérives du régime et les surfacturations à la pelle). Bien sûr, cela aussi a fait pschitt !!!
En mars 2016, à Dakar, invité à dîner chez le Président ATT, je n’ai pas manqué de lui dire  mon  intime conviction sur cette sale affaire. Bien sûr il n’a pas accepté cette intime conviction,  mais, lui  non plus, ne m’a pas convaincu que les trois ne sont pas auteurs ou complices de la salissure du Président du Parena, pour avoir réussi son Sommet.
Le 16 janvier 2017, en félicitant mon grand fiston Abdallah Coulibaly pour son Sommet réussi, je lui ai écrit ” Grâce à Dieu, tu n’es pas «politique», ton succès ne va donc pas te griller…Encore bon vent, fiston ! ”

Que les Destins s’accomplissent !!!
Bamako, le 25 janvier 2017
Djiguiba Keita dit PPR
Militant du Parena


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here