Arrestation de deux nouveaux présumés jihadistes a Bamako : Les exploits de la DGSE dans la lutte contre le terrorisme

La vigilance des agents de sécurité d’Etat a permis de déjouer un attentat suicide qui avait été planifié par deux présumés jihadistes maliens à Bamako, le vendredi 27 janvier 2017.Les services de sécurité d’Etat ont arrêté deux présumés jihadistes, le vendredi 27 janvier dernier, vers le soir, dans la capitale. Ils seraient en cours de préparation d’un attentat. Selon une source sécuritaire, citée par l’AFP, ils ont été arrêtés en possession notamment de matériels de guidage GPS et de munitions.

 Deux opérations distinctes à Bamako

Le jeudi dernier, deux opérations distinctes à Bamako ont été menées par les forces spéciales des services de renseignements maliens. Au cours de ces deux opérations, deux jihadistes qui s’apprêtaient à commettre un attentat de grande envergure à Bamako contre des cibles étrangères ont arrêtés, a indiqué une source sécuritaire malienne à l’AFP.

Plusieurs attentats avaient été planifiés par les terroristes à l’occasion du Sommet Afrique-France qui s’est tenu les 13 et 14 janvier dernier ici à Bamako. Des attentats qui ont d’ailleurs été déjoués par les forces de sécurités massivement déployées sur le terrain pour la sécurisation du Sommet.

Les dispositifs sécuritaires ainsi mis en place  ont mis à rude épreuve l’exécution des plans d’attentats ourdis pendant le sommet. Toute chose qui a amené les jihadistes à se réorganiser  non pas pour annuler leur plan d’attentat mais pour l’exécuter dès après le sommet.

 Contre pieds des attaques

Visiblement, les dispositifs sécuritaires instaurés par les services compétents pendant le sommet a pris le contre pieds des attaques envisagées contre les Etrangers et les forces de sécurité malienne dans la capitale.

A en croire des sources spécialisés, les deux présumés jihadistes qui ont été arrêtés en possession de matériel de guidage  GPS, des munitions et du matériel d’explosion, étaient vraisemblablement  en train de préparer un attentat.

Les mêmes sources de préciser que les deux présumés jihadistes sont des jeunes, tous de nationalité malienne. L’un est âgé de 21 ans et l’autre 29 ans. Ils sont nés dans les Régions du Nord et appartiennent à la katiba-unité combattante-Al-Mourabitoune du jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar.

Une soixantaine de morts et 115 blessés

Au passage, rappelons que l’attaque kamikaze survenue dans le camp du MOC, le 18 janvier dernier, à Gao, a été revendiquée par ce mouvement Al-Mourabitoune. Une attaque qui a fait près d’une centaine de morts et 115 blessés. La plus grande attaque jihadiste dans le Nord Mali depuis le début de la crise malienne en 2012.

Rallié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), l’Al-Mourabitoune a, notamment, revendiqué plusieurs autres attaques perpétrées dans notre pays et dans la Sous-région comme celles du Radisson Blu de Bamako, le Bar la Terrasse de Bamako, l’hôtel Splendide de Ouagadougou et la plage de Grand Bassam en Côte-d’Ivoire.

L’arrestation des présumés jihadistes à Bamako, après quelques jours seulement de la tenue du grand rendez-vous Afrique-France dans notre capitale, interpelle toutes les forces armées et de sécurité engagées dans la lutte contre le terrorisme et le radicalisme à doubler d’efforts pour parvenir à bout de ce fléau.

Historique des arrestations

Pour la petite histoire, l’on se souviendra que, peu avant le sommet Afrique-France, des présumés terroristes qui «voulaient attaquer le sommet de Bamako» ont été arrêtés dans le nord du Mali, affirment des sources sécuritaires maliennes et occidentales. Une arrestation qui a été rendue possible grâce à la coopération des forces spéciales françaises dans le nord du Mali.

Aussi, en mars 2016, les forces spéciales des services de renseignements maliens ont arrêté le numéro 2 du groupe organisateur de l’attaque jihadiste qui a fait 19 morts le 13 mars à Grand-Bassam, en Côte-d’Ivoire. Il s’agit d’Alou Doumbia, un jeune malien âgé de 32 ans qui a convoyé en voiture du Mali en Côte-d’Ivoire les membres du commando ayant mené l’attaque. Ils ont pour noms Ibrahim Ould Mohamed et Mydi Ag Soudak Dicko.

Ceux-ci, à leur tour, ont été arrêtés au Nord du Mali, en juillet 2016, toujours par les forces spéciales et des services de renseignements maliens.

En juillet 2016 encore, Mahamoud Barry alias Abou Yéhia, Emir d’Ançardine du Macina, a été arrêté par la Sécurité d’Etat (SE).

Il a été arrêté par les forces spéciales de la SE à la lisière de la forêt du Wagadou, sise entre Dogofry et Nampala, le 26 juillet 2016. C’est lui qui a commandité sous l’impulsion d’Amadou Kouffa l’attaque de la Brigade de Gendarmerie de Nara en juin 2015. Et les services  de renseignements maliens ne s’arrêtent pas là. Pour preuve, le 22 avril 2016, Fawaz Ould Almeida, présenté comme l’auteur et le planificateur présumé de plusieurs attentats djihadistes dans la capitale et le centre du Mali, a été arrêté à Bamako.

Impliqué dans trois attaques meurtrières

Selon les services de renseignements maliens, le terroriste Fawaz Ould Almeida, de nationalité mauritanienne, est l’auteur principal des attentats contre le Restaurant-bar La Terrasse de Bamako, qui a fait à cinq morts dont un Français en mars 2015. Il est  également le planificateur des attentats contre l’hôtel Radisson Blu de Bamako qui a fait 20 morts en novembre 2015 et de Sévaré, en août de la même année, près de Mopti, dans le centre du pays, où 13 personnes ont été tuées.

Du lundi 23 au samedi 28 janvier, la capitale malienne a abrité aussi les travaux de la 12e session de l’Union Parlementaire des Etats membres de l’Organisation des Conférences Islamiques(OCI). Une rencontre essentiellement focalisée sur la lutte contre le terrorisme dans les Etats membres de l’OCI et la question de la Palestine.

Amara BATHILY

 


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here