Soumaïla Cissé, chef de file de l’opposition devant la presse • Insécurité : plus de 300 morts dans des attaques en 2016 • Politique : 16 partis rejoignent l’opposition

Hier, mardi 31 janvier 2017, le président de l’Union pour la République et la démocratie (Urd), l’honorable Soumaïla Cissé, chef de file de l’opposition a présenté ses meilleurs vœux de 2017 à la presse nationale et internationale à la Maison de la presse de Bamako.

C’était en présence des responsables, des militants et sympathisants du parti de la poignée de main. Au cours de cette cérémonie de présentation de vœux, le président de l'URD, l'honorable Soumaïla Cissé a mis l’accent sur la mauvaise gouvernance du pays dominée par la corruption, l’insécurité, la cherté de la vie etc. « Je profite de l’occasion pour m’incliner une fois de plus devant la mémoire des 332 personnes dont 207 civiles qui ont perdu la vie en 2016 dans le centre et le nord du Mali, soit une hausse de 121% des victimes pour la seule année 2016. Notre pays a enregistré 385 attaques, soit plus d'une attaque par jour. Plus de 100 morts sont déjà au compteur de l'année 2017 », a-t-il dit. Aux dires de l’honorable Cissé, la famille de l’opposition s’agrandit avec l’arrivée de 16 partis politiques ayant quitté la majorité présidentielle.

« L’année 2016, tout en étant riche en évènements a été particulièrement éprouvante pour vous les journalistes. En effet, en 2016, 74 journalistes ont été tués en faisant leur métier, tués tout simplement en voulant informer la population. Tel est le bilan macabre que l’ONG Reporters Sans Frontières a présenté à la fin de 2016, contre 110 décès enregistrés en 2015 », c’est par ces mots que l’honorable Soumaïla Cissé a commencé sa déclaration liminaire.

Avant de déplorer l’emprisonnement de 348 journalistes à travers le monde l’année dernière. « Au Mali le constat est triste sinon alarmant! Il y a juste une année le journaliste Birama Touré a mystérieusement disparu. Cette disparition continue de nous inquiéter. C'est pourquoi nous interpellons encore une fois de plus les autorités compétentes de notre pays pour que toute la lumière soit faite sur cette affaire. Dans la même foulée nous sommes également inquiets par la révélation faite par le président de la maison de la presse il y a quelques jours sur les menaces proférées contre le journaliste Adama Dramé du Sphinx.

Autant nous prônons le respect par les journalistes des règles déontologiques de leur profession, autant nous condamnons fermement les actes d'intimidations et les menaces à l'encontre des journalistes. Une presse libre est la condition d’une démocratie vivante et respectueuse de ses citoyens », a-t-il souligné.

En matière de liberté de la presse, Reporters Sans Frontières, révèle que le Mali a été classé 122ème en 2016. L’honorable Cissé a émis des réserves quant à la bonne gestion de l'aide à la presse de 100 millions de FCFA, courant 2017, logés à la Présidence de la République. « Vos dénonciations des maux ainsi que vos révélations des scandales financiers du régime en place constituent un apport inestimable en vue de la quête de la bonne gouvernance et de la gestion saine des deniers publics. Je tiens à vous en féliciter. Continuez à dénoncer les dérives! Continuez à interpeller ! En un mot continuez à jouer pleinement votre rôle de 4ème pouvoir ! Pour l'honneur de votre profession, pour la dignité des maliens, pour le confort de notre démocratie, Résister ! Ne point céder! », a déclaré Soumaïla Cissé à l’endroit des journalistes.

Selon le chef de file de l’opposition, ça ne va pas au Mali, l’insécurité, le commerce, la santé, la corruption, l’eau, l’énergie, la cherté de la vie et bien d’autres secteur qui ne fonctionnent pas à hauteur de souhaite. « Je profite de l’occasion pour m’incliner une fois de plus devant la mémoire des 332 personnes dont 207 civiles qui ont perdu la vie en 2016 dans le centre et le nord du Mali, soit une hausse de 121% des victimes pour la seule année 2016. Notre pays a enregistré 385 attaques, soit plus d'une attaque par jour. Ces attaques ont augmenté de 92% par rapport à 2015, après la laborieuse signature de l'accord de paix et de réconciliation issue du processus d'Alger. Plus de 100 morts sont déjà au compteur de l'année 2017. Je réitère mes condoléances les plus attristées à toutes les familles endeuillées et mes souhaits de prompt rétablissement aux nombreux blessés », a-t-il dit.

Soumaïla Cissé réitère son appel à la tenue des concertations nationales
Après la déclaration liminaire, l’Urd a procédé à la projection d’un film qui retrace les dérives dans la gestion du pays. Répondant à la question de savoir si tout va bien au sein de l’opposition, le chef de file de l’opposition Soumaïla Cissé dit ceci : « Nous avons vu des partis importants, Adp Maliba, Sadi qui ont rejoint l’opposition.

Et avec eux, une dizaine d’autres partis. Mois même, j’ai reçu chez moi, 11 partis qui étaient à la majorité et qui ont rejoint l’opposition. Avant-hier, j’ai reçu 5 autres qui ont quitté la majorité pour rejoindre l’opposition ». Soumaïla Cissé a déploré non seulement l’expulsion des maliens en situation irrégulière d’Europe , mais aussi la censure de l’opposition sur la télévision nationale (Ortm).

S’agissant de l’attribution de 500 millions de FCFA au chef de file de l’opposition, Soumaïla Cissé affirme avoir reçu les sous « insuffisants » qui seront bien gérés. En outre, Soumaïla Cissé a réitéré son appel à la tenue des concertations nationales pour la gestion des maux qui minent le pays. « Nous devons faire en sorte que notre gouvernance soit heureuse…J’invite les maliens d’essayer d’élire Soumaïla Cissé pour gérer le pays et il y aura la différence…Nous sommes une vraie alternative crédible », a conclu l’orateur.

Aguibou Sogodogo

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here