Police nationale : Certes, des bavures passées sous silence, mais des performances à l’épreuve des faits !

Hier, mercredi, 1er février 2017, à la Direction nationale de la Police, le Directeur Général, Moussa Ag Infahi, et ses proches collaborateurs, étaient face à la presse pour de faire le point de l’évolution de ce service paramilitaire dans le cadre de sa mission régalienne de sécurisation des personnes et des biens dans la cité. Car, souvent, il y a des déclarations qui font croire que cette force de sécurité monte en puissance.
Selon le DG de la Police nationale, le Contrôleur Général, Moussa Ag Infahi, c’est la première conférence de presse de l’année 2017 animée par son secteur ; il a mis l’occasion à profit pour adresser ses meilleurs vœux à la presse et au Mali tout entier. « L’année 2016 a été une année charnière pour nous, une année durant laquelle les forces de sécurité nationale dont la Police ont été profondément très secouées. Que cela soit au Nord, au Centre où au Sud du pays», a-t-il précisé. Et d’ajouter que l’année 2016 a été marquée aussi par la sécurisation du 27e et sommet Afrique-France et de la 12e conférence de l’Union parlementaire de l’OCI qui se sont déroulés ici à Bamako avec succès.

Aux dires du DG de la Police nationale, ce cap doit être maintenu.

En termes de réalisations faites pour assurer la sécurité des citoyens et des biens, la Police, au niveau de Bamako, a réalisé 5616 missions de patrouilles et 3573 dans les Régions (soit un total de 9189 missions de patrouilles effectuées au plan national). «Nous avons déployé sur le terrain, soulignera le Patron de la Police malienne, 48.782 fonctionnaires ; interpellé 8360 suspects à Bamako et 2440 dans les Régions ; saisi 9018 engins à deux et quatre roues », a-t-il détaillé.
Il y a la sécurité d’une manière générale, et, en particulier, de ce qu’on appelle la sécurité dite classique comme l’insécurité sur la route. C’est ainsi que les services de la Police nationale ont enregistré 2625 cas d’accidents à Bamako contre 1086 dans les Régions. Il y a eu 2494 blessés et 3480 dégâts matériels à Bamako et 678 dans les Régions. C’est des statistiques uniquement des services de police. Donc, il a été enregistré aussi 186 morts sur la route dont 68 dans les Régions, Bamako et 118 à Bamako. «Nous avons fait aussi un effort », souligne Moussa Ag Infahi, de donner le maximum de cartes d’identité nationale aux Maliens, et, bien sûr, toutes les infractions accusées aussi ont fait l’objet des amendes forfaitaires au profit du Trésor national.

Au plan de la police judiciaire, le DG dira que 10392 personnes ont été interpellées dont 5158 déférées devant le Parquet et 955 perquisitions ont été menées. «Nous avons menés 1789 descentes de police pour saisir 157 armes à feu de tous calibres. Nous avons fiché 552 personnes », a-t-il ajouté.

La lutte aussi a été menée au niveau des stupéfiants. Et, c’est ainsi que 2 tonnes 742 kilos et 600grammes de cannabis, 767 doses de crack (une dérivée de la cocaïne), 861 kilos 300 grammes de faux produits pharmaceutiques ont été saisis par la Police. Des faux billets de Banque été également saisis.

«Ce mois de janvier a été marqué par l’arrestation d’un tueur en série, le nommé Oumar Doumbia, qui se faisait passer pour un démarcheur de visas pour tuer », a souligné le DG de la Police nationale. D’ajouter qu’après avoir exhumé 5 tombes où étaient enterrées des personnes assassinées par Oumar Doumbia, la Police spécialisée est à la recherche de 9 autres personnes portées disparues par ce « petit tueur » en série de Djikoroni-Para.
Donc, tous ces exploits sont à l’actif des fonctionnaires et agents assermentés de la police qui mérite encouragement et motivation de la part de l’hiérarchie et de l’Etat malien avec la collaboration des populations. Parlant de l’amélioration des conditions de vie et de travail, courant 2016, le gouvernement, à travers le Département de la sécurité et la protection civile, sous le contrôle du Ministre de la Sécurité, Général Salif Traoré, n’a ménagé aucun effort sur ce plan. Pour preuve, la Police a bénéficié des matériels roulant de deux à quatre roues et des primes et indemnités accordés à tous les fonctionnaires; des primes de résidence revues à la hausse.

Côté infrastructures, le conférencier cite le cas du Commissariat de Kalanbancoro (déjà inauguré), du 2e Commissariat de Kati (en plein chantier), du Commissariat de Moribabougou (travaux de construction terminés), et de celui de Sotuba (travaux également terminés).

A l’intérieur du pays, il y a les Commissariats d’Ansongo et de Ménaka pour couvrir progressivement tout le territoire national.

Certes, il y a eu des bavures policières déplorées par les citoyens courant 2016 qui ont été passées sous silence par le Conférencier ; mais, force est d’admettre qu’il y a des succès qui méritent d’être encouragés et poursuivis durant 2017 afin de mieux garantir la sécurité des personnes et des biens dans la cité.

Mohamed BELLEM : LE COMBAT

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here