Présentation de vœux à la presse : Le chef de file de l’opposition Soumaila Cissé perpétue la tradition

Le chef de file de l’opposition, Soumaïla Cissé, président de l’Union pour la République et la Démocratie (URD), principal parti de l’opposition, était face à la presse, le mardi 31 janvier dernier, à la Maison de la Presse, pour sa traditionnelle cérémonie de présentation de vœux aux hommes de medias.  

«Je voudrais présenter au nom de l’URD et en mon nom propre, mes vœux de santé, de bonheur, de prospérité et de plein succès aux professionnels des médias que vous êtes, à vos familles, à vos partenaires ainsi qu’à vos auditeurs, téléspectateurs et lecteurs. J’associe à ces vœux, une fois de plus, l’ensemble du peuple malien, que la nouvelle année soit pour notre pays une année de paix, de réconciliation, de quiétude et de prospérité ! », a souhaité Soumaila Cissé. Selon lui, l’année 2016 a été riche en évènements et particulièrement pénible pour les journalistes. Car 74 journalistes ont été tués en faisant leur métier, tués tout simplement en voulant informer la population.

«Je ne cesserai jamais de rappeler que l’URD est disposée à approfondir et à appliquer toutes les initiatives visant à protéger les journalistes contre ces exactions indignes de notre époque. Aux familles des victimes et au monde de la presse, je présente mes condoléances les plus attristées. Je souhaite également prompt rétablissement à tous les blessés de ces douloureux évènements. Je profite également de l’occasion pour réitérer nos condoléances aux familles des journalistes maliens décédés en 2016 », a-t-il laissé entendre. Avant d’évoquer le cas du journaliste Birama Touré qui a mystérieusement disparu il y’a une année, dont-il juge la situation alarmante et inquiétante.

Soumaila Cissé préoccupé par le sort des journalistes maliens

Il a interpellé les autorités compétentes du pays pour que toute la lumière soit faite sur cette affaire. Dans la foulée, il s’est dit inquiet des révélations faites par le président de la Maison de la Presse il y a quelques jours sur les menaces proférées contre le journaliste Adama Dramé du journal ‘’le Sphinx’’.  Sans oublier la censure de l’opposition par l’ORTM comme ce fut le cas, selon lui, lors de la visite qu’il a effectuée avec les membres de la majorité, le lundi 30 janvier dernier à Gao.

«Autant nous prônons le respect par les journalistes des règles déontologiques de leur profession, autant nous condamnons fermement les actes d’intimidation et les menaces à l’encontre des journalistes. Une presse libre est la condition d’une démocratie vivante et respectueuse de ses citoyens, ne l’oublions jamais!», a  déclaré Soumaila Cissé. Qui estime que le Mali, longtemps présenté comme un bon élève du continent africain en matière de liberté de presse et de démocratie, a payé le prix de la situation dans laquelle il a sombré depuis 2012 en faisant la plus forte chute dans le classement mondial du respect de la liberté de la presse, en passant de la 25ème place à la 99ème  place en 2013.

Selon le rapport 2014 de Reporters Sans Frontières, dit-il, la corrélation négative entre la situation tragique du Mali et la liberté d’informer a fait encore chuter notre pays à la 122ème  place sur 180 pays évalués.

A en croire le président de l’URD, cela est honteux. Et les difficultés qui caractérisent l’exercice de la profession sont donc réelles et les obstacles visibles. Alors que pour lui, il faut obligatoirement une presse de qualité, disposant de moyens adéquats et de personnels bien formés, gage de saine information.

« L’inscription budgétaire pour 2017 de l’aide à la presse de 100 millions FCFA logés à la présidence de la République nous laisse perplexe quant à la sincérité et à la transparence de l’utilisation de cette aide », a laissé entendre Soumaila Cissé.

«Je tiens également à vous informer que nous sommes disposés à mener des réflexions avec vous dans un cadre plus approprié pour tout simplement vous permettre de mieux nous informer ainsi que le peuple, qui a tant besoin d’informations recoupées, de bonnes informations, d’informations vraies. Malgré la faiblesse de vos moyens, l’insécurité qui vous coupe le sommeil, vous continuez à donner le meilleur de vous-mêmes pour dénoncer les maux qui minent notre société. Je tiens à vous en féliciter. Continuez à dénoncer les dérives, continuez à interpeller. En un mot, continuez à jouer pleinement votre rôle de 4ème  pouvoir. Pour l’honneur de votre profession, pour la dignité des Maliens, pour le confort de notre démocratie, résistez, ne cédez point », a conclu le chef de file de l’opposition.
Moussa S. Diaby (Stagiaire)


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here