Gestion politique de la crise du football: Grincement de dents au sein de la base de la Codem

Même si le Ministre des sports se veut serein, cet état d’âme est loin d’être partagé par les militants à la base de la quatrième force politique, non moins allié de poids du RPM dans la gestion du pays. Pour eux, la gestion de cette crise que connait notre football n’obéît à aucun critère sportif encore moins textuel. En clair, ils soupçonnent certains alliés politiques de règlement de compte envers leurs mentors.
La nomination de Housseuïni Amion GUINDO avait-elle pour objet de le jeter en pâture ? Cette question que certains proches de l’ex député de Sikasso s’étaient posés au moment de sa nomination est plus que jamais d’actualité aujourd’hui. Compte tenu de la nature de ce département et de la gestion de la crise actuelle du Football, les partisans du président de la CODEM commencent sérieusement à le croire.
Pour eux, le silence du gouvernement après les injures du président et du secrétaire général de la fédération malienne de football à l’encontre du ministre va dans ce sens. Comme si cela ne suffisait pas, l’intrusion du président de l’assemblée nationale dans le dossier pour discréditer le Ministre des Sports est aussi à leurs yeux, un indicateur du degré de confiance entre les membres de la majorité présidentielle.
« Dieu faisant bien les choses, il s’est cassé les dents, tout comme bon nombre de membres du gouvernement qui avaient mis la charrue avant les bœufs, » a laissé entendre un secrétaire général d’une section. Il faut être politiquement aveugle pour ne pas connaitre les enjeux et les mesures radicales à prendre pour circonscrire le problème à la racine. A force de vouloir récupérer politiquement cette crise, certains caciques de la mouvance présidentielle ont envenimé la situation. Le comble pour les militants de la CODEM, c’est de mettre le tout sur le dos de leur président.
MONTEE D’ADRENALINE
Selon plusieurs responsables des sous sections et sections CODEM de l’intérieur du pays, trop c’est trop. Plus question pour eux de laisser leur mentor à la merci du premier venu. Ils appellent le Président de la République et le Premier Ministre à prendre toute leur responsabilité pour un dénouement rapide de la crise du football. A défaut, certains appellent ouvertement le Ministre Housseïni Amion Guindo à démissionner pour sauver son honneur et celui de son parti que l’on tente de bafouer. Le congrès dont les préparatifs vont bon train risque d’aborder le sujet. Même s’il a la conscience tranquille pour avoir tout donné au pays et au chef de l’Etat, à un moment ou à un autre, l’enfant du Kénédougou va devoir écouter sa base. Après l’Adema qui n’a pas fait mystère de ses intentions pour 2018, la CODEM qui est la quatrième force politique du pays quittera-t-elle la majorité présidentielle pour des raisons d’égos ? Pour les observateurs, les agissements de certains membres de la mouvance risquent d’être fatals pour le président IBK ? Après les mésaventures de Boubèye et Mara, aucun parti ne semble prêt à voir ses dirigeants érigés en bouc émissaire idéal.
Fanta Sissoko

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here