Lutte contre le terrorisme : L’Acnoa de cœur avec le Mali

26

Le Comité national olympique et sportif du Mali (Cnosm) et ses partenaires ont accueilli à Bamako du 3 au 4 février 2017 à l’hôtel Salam la 50e session du comité exécutif de l’Association des comités nationaux olympiques d’Afrique (Acnoa).

Ce grand rendez-vous des olympiques sportifs africains au Mali a enregistré la présence des figures emblématiques comme le président de l’Union des confédérations sportives africaines, Ahmed Nasser Moustafa Kamal Mohamed, et l’intendant général Lassana Palenfo.

Après le Zimbabwe, cette 50e session ordinaire du comité exécutif de l’Acnoa a passé au peigne fin ses activités et projeté les bases d’un avenir meilleur. La tenue de cette 50e session en terre malienne est une marque de solidarité et de soutien à l’égard de notre pays qui a connu une attaque terroriste le 18 janvier dernier, a affirmé Lassana Palenfo.

Présidée par la première Dame, Mme Kéita Aminata Maïga, la 50e session de l’Acnoa a été une occasion pour Habib Sissoko président du Cnosm de remercier ses pairs africains du choix porté sur Mali pour abriter les travaux.

Il a salué les progrès enregistrés par l’Acnoa et remercié la première Dame pour son engagement au service du sport. Une minute de silence a été observée pour Karfala Kouyaté, journaliste sportif récemment arraché notre affection, à la demande du ministre des Sports Housseini Amion Guindo.

Le ministre Guido a souhaité que la concertation de Bamako soit une occasion de relever de nouveaux défis, mais surtout de saisir toutes les opportunités qui s’offrent pour booster le développement du sport africain par l’amélioration de sa gouvernance et la performance des athlètes.

Les travaux ont été sanctionnés par une conférence de presse. Le président Lassana Palenfo a bénéficié encore une fois de la confiance de ses pairs avec un nouveau mandat à la tête de l’Acnoa. Notons que notre compatriote Habib Sissoko remplace Lassana Palenfo à la tête du judo africain.

Zoumana Coulibaly

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here