Syndrome hémorragique : Trois cas détectés à Goundam

Après la détection de trois (3) cas de syndrome hémorragique  dans le district sanitaire de Goundam,  région de Tombouctou, le Directeur national de la Santé, Dr. Salif Samaké, était face à la presse pour faire le point de la situation. La conférence a eu lieu le jeudi 2 févier dans la salle de réunion du ministère de la Santé et de l’Hygiène publique. 

Dans son exposé liminaire, Dr. Salif Samaké a annoncé que le mercredi, 1 février 2017, la Direction nationale de la santé a été saisie de la notification de trois (3) de syndrome hémorragique survenus dans le district sanitaire de Goundam,  région de Tombouctou. Il s’agit de deux hommes âgés de soixante (60) ans et d’une dame âgée de cinquante (50) ans.

Selon lui, le premier est cultivateur et a été reçu le vendredi 27 janvier au Centre de santé de référence de Goundam pour saignements du nez et gingivorragie (saignement des gencives) avec une température de 37°c. Il est décédé le samedi 28 janvier malgré une prise en charge adéquate.

Le second a été reçu le même jour du décès du premier, avec les mêmes signes et température 37°C. Pour la dame, elle a été reçue au centre de santé de référence le même samedi 28 févier 2017. Aux dires du Directeur national, à la date d’aujourd’hui, l’état des deux patients s’est amélioré positivement après un traitement adéquat.

C’est pour expliquer le danger de cette maladie que le ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique a abrité cette conférence de presse animée par Dr. Salif Samaké, Directeur national de la santé. Lequel a lancé un appel à la prudence pour éviter la propagation de la maladie. Il a aussi rassuré les populations que la situation est sous contrôle.

Le Directeur national de la santé a par ailleurs ajouté qu’il faut renforcer les mesures de protection individuelle et collective : l’isolement des malades sous moustiquaire ; l’investigation épidémiologique des cas ; la mise à disposition des directives techniques des maladies à potentiel épidémique dans les établissements de santé ; la sensibilisation des populations sur les mesures de prévention des malades par la diffusion des messages à travers les medias.

Il a enfin invité les populations à déclarer immédiatement les malades  (fièvre et saignement) ; à laver les mains au savon fréquemment ; à se protéger contre les piqures de moustique en utilisant les moustiquaires imprégnées, entre autres.

Oumou  Traoré, stagiaire


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here