Suite à l’incarcération du docteur Drissa Coulibaly : Le SYMEMA prévoit une grève de 48 heures

Suite à l’incarcération du Docteur Drissa Coulibaly depuis le 9 décembre dernier,  les membres du Syndicat des Médecins du Mali  expriment  le besoin d’arrêter le travail pour 48 heures. L’information a été  donnée le mardi 31 janvier 2017 lors d’une conférence de presse  animée par le Secrétaire Général du SYMEMA Dr Chaka Keita.

L’objectif de cette  conférence de Presse était d’exprimer le ras-le-bol  des médecins suite à l’arrestation de leur confrère Drissa Coulibaly.  Selon le conférencier, Tout a commencé par le fait que ce dernier a soigné une patiente qui était accompagnée par un homme se disant son fiancé. La bonne dame avait une blessure à la cuisse. Selon le conférencier le fiancé aurait dit à Drissa le médecin traitant que lors d’une secousse son arme a été déclenchée et que sa fiancée a reçu une balle dans la cuisse. Le médecin dans sa mission régalienne à soigner la malade n’a pas hésité à faire des soins. Aujourd’hui la dame se porte bien chez elle

Mais ironie du sort, quelques heures après les soins, les policiers débarquent dans la clinique où la femme a été soignée. Ils signalent alors  que la femme était sous mandat de recherche.  Le docteur a été arrêté pour complicité et  pour  n’avoir pas  informer  la police de la situation. Après plusieurs tentatives, le Dr Coulibaly est toujours en prison. C’est  dans le but d’apporter leur soutien au docteur que le syndicat avait déposé un préavis de grève qui est resté sans suite. Ainsi, ils ont décidé d’abandonner le travail à partir du 2 février sur toute l’étendue du territoire.  Selon le conférencier, Dr Coulibaly n’avait pas connaissance des textes qui lui obligeait  d’informer  la police de la situation. « Tout ce que nous voulons c’est la libération du docteur et que les procédures judiciaires continuent »disait le conférencier. Il ajouta qu’ils n’ont pas l’intention de porter préjudice à la population mais force est de constater que tous les porteurs des blousons blancs ne sont pas à l’abri de cette situation.

Affaire à suivre

Bissidi Simpara   


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here